Apprendre en marchant, le coaching scolaire selon Christelle Dugardin

 

christelle_dugardin

 

 

 

 

 

Site internet : dessinemoiunchemin.com

 

Je suis Christelle Dugardin et je travaille en Seine et Marne (près de Melun).

Diplômée d'Etat d'Assistante sociale et licenciée en Science de l'éducation, j'ai travaillé en tant qu'éducatrice spécialisée dans l'accompagnement et le soutien à la parentalité. J'ai travaillé également auprès d’adolescents, notamment lorsqu’ils étaient déscolarisés.

Toujours avide d’apprendre, j’ai suivi différentes formations avant de m’installer en tant que formatrice en communication parents/enfants (Thomas Gordon), en pédagogie active, et en tant qu’accompagnante auprès d’élèves (pédagogie, motivation et orientation).

Je suis également conseillère en bilan de compétences.

 

Pourquoi les parents ou les adolescents viennent vous voir ?

Ils viennent pour différentes raisons : leur orientation, les difficultés d’apprentissage, des problèmes de motivation.

 

  •  L'orientation :

Les adolescents sont souvent perdus concernant leur projet d'avenir.

On leur demande de s'orienter dès la seconde et de choisir leurs matières principales dès la première.

On les pousse parfois vers des études qui ne leur conviennent pas.

On les engage à suivre la voie familiale sans toujours s’assurer que c’est ce qui leur correspond.

Pour les parents, les adolescents et les jeunes adultes, l'enjeu de l'orientation est important. Les parents sont démunis, les adolescents n'ont pas spécialement envie d'en entendre parler et les jeunes adultes sont parfois perdus du fait de « mauvais »  choix de départ.

Je les reçois, j'écoute les parents afin de déterminer leurs valeurs et de connaître concrètement leurs attentes concernant leur enfant.

Je travaille sur 5 séances afin de déterminer, comme un entonnoir, en passant par différentes étapes, les compétences, les capacités, les goûts, les centres d’intérêt et les critères de choix d'un métier.

Entre chaque séance, l'adolescent ou le jeune adulte doit faire des recherches ou répondre à des questionnaires.

En fin de parcours, l'adolescent présente son projet à ses parents en ma présence.

 

  • La motivation :

Il est difficile pour les adolescents de comprendre pourquoi on va à l'école, qu'est ce qui fait que l’on doive y aller chaque jour, avec en plus l’obligation de faire des devoirs le soir et de réviser pour les interros.

Il est parfois très difficile pour eux de trouver de la motivation.

Dans ces séances, nous déterminons ensemble quels peuvent être leurs blocages : pourquoi il « décroche », pourquoi il n'arrive pas à se mettre au travail ?

Nous tentons de déterminer ce qui peut être changé ou modifié. Il est alors possible de travailler sur des outils qui permettent de reprendre confiance en soi (techniques concrètes d’organisation, planification des révisions, etc.).

 

  • La pédagogie

En pédagogie active, je suis les jeunes en  individuel ou en groupe.

J'aborde le thème du fonctionnement de la mémoire : comment travailler au mieux pour être productif ? Je donne des outils pour être plus efficace.

Je propose également des formations de groupe sur la pédagogie active. J’y donne des outils pour faciliter les devoirs le soir, aussi bien pour les primaires/collégiens que les lycéens/étudiants.

 

Vous arrive-t-il d'intervenir dans des structures ?

J'interviens dans un programme de réussite éducative (77) auprès d'adolescents en difficulté scolaire.

J'ai des projets en cours :

– dans un lycée, auprès d'un groupe d'élèves en décrochage scolaire.

– dans un collège SEGPA, sur l'orientation.

 

Sur quels outils vous appuyez-vous ?

Pour la pédagogie :

Je m'appuie sur les intelligences multiples d’Howard Gardner (selon l’approche proposée par Bruno Hourst), en partant du principe que tout le monde est intelligent.

J'ai beaucoup appris avec le livre et la formation d'Hélène Weber (Objectif mémoire, Au lycée et à l’université, retrouvez le goût de travailler avec plaisir et efficacité, Eyrolles, 2013).

J'ai également fait une formation au mind mapping avec Philippe Boukobza.

J'ai effectué une formation au coaching scolaire avec Elevatio sur Paris, et je suis formée à la PNL, l'analyse transactionnelle, les techniques de communication bienveillante et la process com.

 

Qu'est-ce qui vous distingue des autres ?

Lors des coachings d’adulte et d’adolescents, je fais du coaching en marchant, avec mon chien.

La marche améliore les capacités cognitives (mémoire, attention, contrôle psychomoteur). Elle permet également de se détendre et d'évacuer les soucis du quotidien.

Le chemin donne du sens et a du sens : marcher, c'est construire son chemin de résolution, ouvrir de nouvelles voies, retrouver son propre chemin.

Cette mise en mouvement du corps anime autrement la pensée.

Mon expérience d’éducatrice m'a montré que le fait d'être en « marche active » facilitait et libérait la parole, et permettait d'ouvrir de nouvelles perspectives.

En regardant devant soi, nous sommes moins sur la défensive. Les coachés se sentent moins observés.

L’exercice physique permet également aux coachés d’avoir un meilleur accès à leurs émotions et d’exprimer leurs sentiments.

Le chien apporte une autre dimension. La relation entre la personne accompagnée et le chien est révélatrice des émotions profondes.

La clef, c'est l'échange dans l'ici et maintenant, dans une relation sans jugement de valeur.

 

Pourriez-vous nous donner un exemple d’accompagnement que vous avez mené ?

Exemple d'un accompagnement pour un coaching parental :

La maman était venue pour son fils de 7 ans.

Problèmes définis par la maman : conflits lors des devoirs.

L’échange avec la maman nous a permis de mettre en évidence qu’elle accordait beaucoup d’importance à la scolarité de son fils, ce qui l’amenait à lui imposer des attentes excessives.

De là, nous avons convenu un programme de quatre séances de coaching pour la mère, pour échanger sur la scolarité de son fils.

Lors d'une séance :

L'objectif de la séance était de « déterminer ce que la mère faisait de bien pour son fils, afin de renforcer ces actions positives ». Cette séance s'est faite en marche active. Je trouvais cela intéressant de la mettre en mouvement pour l’aider à se projeter vers l’avenir de manière dynamique. Elle a accepté volontiers, agréablement surprise par cette initiative.

Comme une séance en plein air augmente les chances d'imprévu (comparé à une séance dans un bureau clos), il s'est passé une anecdote intéressante avec Samy, le chien. Il s'est jeté dans une mare puis s'est roulé dans la boue. Je n'ai pas réagi immédiatement et la maman m'a regardée, hésitant entre le rire et «l'horreur», car Samy était noir de boue.

Elle m'a demandée pourquoi ça n'avait pas l'air de m'embêter plus que ça. Je lui ai expliqué avoir tenté à plusieurs reprises de l'empêcher de faire ça et que je n’y avais gagné qu’une extinction de voix (d'avoir hurler «stop»), du stress et de l'énervement.

La pulsion instinctive de Samy (qui est un chien d'eau) n'est pas contrôlable naturellement.

Je continue à lui expliquer que j'ai pu travailler sur les conséquences concrètes, pour moi, d'un tel incident. J'ai donc appris à lâcher prise.

C'est un chien d'eau. Son poil ne garde pas la saleté et il finira par sécher avant de rentrer. Soit je le douche en rentrant, soit je le laisse sécher complètement pour balayer ensuite. Cela me permet, aujourd'hui, d'être plus à l'aise dans mes promenades et de ne pas m'en préoccuper pendant mes coachings. Je reste donc focalisée sur l'essentiel : être avec le coaché.

Cet incident lui a permis de faire le lien avec sa propre situation.

Les séances se sont étalées sur cinq semaines. La maman a pu s'investir dans ce coaching. Au fil des semaines, elle a pu exprimer plus facilement ses besoins sans se juger et sans culpabiliser.

Entre deux séances avec la mère, nous avons ajouté des séances mère-fils de pédagogie positive, axées sur l'apprentissage par le jeu avec son fils. Je leur ai transmis des outils pédagogiques et ludiques.

 

Accompagnez-vous les parents en groupe ?

J’anime des groupes de formation pour les parents sur la communication avec leurs enfants.

La formation Gordon permet au parent de « savoir dire » et de « savoir écouter », de résoudre les  conflits et d’agir en médiateur.

Avoir une meilleure communication, c'est être à l'écoute de ses émotions et de celles de son enfant et ainsi de trouver des solutions qui soient satisfaisantes pour tout le monde.

 

Quelles sont vos valeurs ?

La bienveillance, l'envie de partager mes connaissances, l'échange, l'humilité, la congruence.

 

Votre rêve ?

Que tous les enfants et adolescents se sentent le mieux possible au sein de l'école, et n'en souffrent plus. Réussir à former les professeurs à toutes ces techniques qui pourraient rendre les cours plus agréables et créer plus de liens entre les professeurs et les élèves.

 

Région: Île-de-France 

Ville: Vert Saint Denis 

Téléphone: 06 63 77 23 79 

Adresse e-mailcdugardin@hotmail.com

Site internet : dessinemoiunchemin.com

2 thoughts on “Apprendre en marchant, le coaching scolaire selon Christelle Dugardin”

  1. Fa-bu-leux !

    Je suis très séduit par cette hhistoire du "coaching en marchant"… Il paraît que depuis la nuit des temps, au Maghreb, les étudiants ont l'habitude de s'entraîner à apprendre leus cours en marchant deux par deux et en s'intererrogeant mutuellement (d'après certains neurologues, il y aurait apparemment là l'occasion de pratiquer une certaine gymnastique cérébrale" très salutaire !!!).

    Mon seul regret : vivre à 800 km de Christelle, de ses bonnes idées, et de son sourire désarmant 🙂 Surtout qu'à la maison nous aurions un parfait sujet de travaux pratiques pour elle 🙂

    Je vais de ce pas lui faire un petit coucou sur son site…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.