Comment se remotiver lorsque l’on doute de ses capacités ?

Cette semaine, au sein de mon université, les étudiants ont pris connaissance de leurs résultats au premier partiel de mathématiques. Pour certains, c'est la catastrophe.

Comment vont-ils remonter la pente ? Comment vont-ils rattraper ce résultat désastreux ? 

Ont-ils vraiment leur place dans ce cursus ? Sont-ils complètement nuls ? 

 

Tout se passe (pour certains) comme si cette note les définissait : dis-moi quelle note tu as et je te dirai qui tu es.

J'aime autant vous dire que je m'insurge vertement contre cette assertion, et que je puise allègrement dans ma propre expérience pour les aider à reprendre confiance en eux. 

Cette semaine, je suis donc allée chercher dans mes archives un article que j'ai publié la première fois il y a deux ans. Il s'agit de mon analyse d'un texte de Bourdieu et Passeron (sociologues) intitulé "les exclus de l'intérieur". 

J'ai repensé à ce texte alors que je racontais sur le blog mon expérience en classe préparatoire littéraire (expérience qui m'a beaucoup chamboulée et m'a amenée à me remttre profondément en question). J'espère que cela redonnera le moral et de la motivation à ceux qui en ont besoin.

*

 

En 1992, Pierre Bourdieu et Patrick Champagne ont publié dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales un article intitulé "Les exclus de l'intérieur".

Le titre a de quoi intriguer. Comment pourrait-on être à la fois dedans et dehors ?

C'est pourtant ce que ressentent beaucoup d'élèves et d'étudiants victimes d'échec scolaire…

Ils sont dans la classe. Ils doivent venir en cours chaque matin et rendre leurs devoirs. Ils passent les examens, espèrent parfois accéder grâce à leurs diplômes à une place légitimement attendue "dans le système", et pourtant, ils sont (et se savent bien souvent) en sursis.

Pourquoi ceux qui travaillent dur se leurrent ?

Pourquoi ceux qui sont en échec sont si persuadés qu'ils n'ont de toute façon aucun avenir ?

Pourquoi un tableau si noir ?

C'est ce que Bourdieu et Champagne se proposent d'analyser dans cet article.

Le lycée d'aujourd'hui n'est plus celui d'hier

"D'un côté les établissements de fortune que l'on a multipliés à la hâte dans les banlieues déshéritées pour accueillir des populations d'élèves toujours plus nombreux et plus démunis culturellement et qui n'ont plus grand chose à voir avec le lycée tel qu'il s'est perpétué jusqu'aux années 50; de l'autre, les établissements préservés, où les lycéens de bonne famille peuvent encore mener aujourd'hui une vie scolaire qui n'est pas radicalement différente de celle qu'ont connu leurs pères ou leurs grands-pères" (extrait de l'article).

Comme je l'évoquais en racontant mon expérience en hypokhâgne au lycée Fénelon à Paris, tous les lycées ne se valent pas.

Mon lycée de banlieue m'a préparé pour le baccalauréat, pas pour la classe préparatoire.

Lorsque j'arrive dans le 6e arrondissement de Paris, je suis en cours avec une population d'étudiants qui se préparent depuis plusieurs années déjà à intégrer l'école normale supérieure.

Les cours particuliers ont succédé aux voyages à l'étranger pour parfaire le niveau en langues étrangères et assimiler à l'avance le programme du concours.

J'avais un prof en cursus de sociologie qui disait que pour intégrer certaines grandes écoles, il fallait intégrer le bon établissement dès la classe maternelle.

Dans les filières littéraires tout particulièrement, c'est en-dehors des cours que la majeure partie de "ce qu'il y a à savoir" s'acquière.

Les parents sont les premiers vecteurs de ce capital culturel indispensable : à quelle exposition conduisent-ils leur progéniture le week-end ? Quels renseignements ont-ils pris pour connaître la meilleure filière, l'option la plus rentable, le prof le plus compétent ?

La carrère scolaire de certains élèves est hautement supervisée.

En première année d'études supérieures, soucieuse de mettre en peu de beurre dans les épinards, j'ai déposé dans une boulangerie de mon quartier une annonce pour dispenser des cours de mathématiques.

Par qui ai-je été sollicitée ?

Par un notable habitant un magnifique (et gigantesque) appartement boulevard Montparnasse qui souhaitait faire prendre des cours de maths à sa fille qui était en 3e.

Rencontrait-elle des difficultés ? Avait-elle du mal à apprendre ?

Absolument pas.

Elle était même première de sa classe.

Pendant plusieurs semaines, je lui ai enseigné le programme de seconde. Son père voulait qu'elle intègre le lycée Louis le Grand. Pour être au niveau, il fallait qu'elle prenne de l'avance.

Quelles similitudes entre moi et les élèves en échec scolaire des lycées de ZEP de l'académie de Créteil ?

Je n'avais pas le bagage culturel requis pour évoluer sereinement en classe préparatoire littéraire dans un grand lycée parisien. Je n'étais pas préparée pour ça. Mes parents et mon entourage n'avaient aucune idée des normes à respecter, des stratégies à suivre ou des moyens à mobiliser pour se faire sa place dans ce milieu.

Le fossé est le même (tout en étant davantage préjudiciable encore) pour les élèves "démunis culturellement" en banlieue vis-à-vis de leurs camarades issus des classes moyennes.

Issue de la classe moyenne moi-même, je faisais figure de "privilégiée culturelle" dans mon lycée du Val de Marne, alors que j'étais mise au rebus au centre de Paris.

L'élimination sur la base du "mérite"

"Jusqu'à la fin des années 50, les institutions d'enseignement secondaire ont connu une très grande stabilité fondée sur l'élimination précoce et brutale (au moment de l'entrée en 6e) des enfants des familles culturellement défavorisées" (extrait).

Les notes obtenues semblent attester que certains ne seraient pas faits pour l'école.

On ne se préoccupe pas alors des différences sociales (niveau de vie, connaissances du système scolaire, capital culturel…) qui déterminent pour une part essentielle la réussite des élèves.

Tout se passe comme si les résultats et la réussite reposaient exclusivement sur les dons et les mérites de certains.

Les élèves "éliminés" en cours de route sont alors convaincus que l'école n'est pas faite pour eux, tout comme les positions sociales privilégiées auxquelles elle permet d'accéder.

Les recherches en sociologie menées par Bourdieu dévoilent cependant peu à peu le leurre que constitue ce type d'analyse.

"L'échec scolaire n'est plus, ou plus seulement, imputable aux déficiences personnelles, c'est-à-dire naturelles, des exclus. La logique de la responsabilité collective tend ainsi peu à peu à suppplanter dans les esprits celle de la responsabilité individuelle" (extrait).

Le collège unique et le maintien dans le système scolaire jusqu'à 16 ans diversifient le public qui accède aux études secondaires, puis supérieures.

Les études montrent cependant une homologie entre l'origine sociale des élèves et leur niveau scolaire.

Encore aujourd'hui, la proportion d'enfants d'ouvriers entrant à l'université est par exemple bien inférieure à leur proportion dans la société globale.

Les chances de faire des études supérieures (et encore plus d'accéder aux écoles les plus prestigieuses) sont ainsi particulièrement influencées par le statut social des parents.

C'est donc au niveau politique que le débat est porté : comment rééquilibrer les chances de tous et rectifer cette injustice patente ?

Il ne s'agit plus seulement de reprocher au mauvais élève "sa mauvaise volonté" ou "son absence de mérite", mais aussi de le considérer comme une victime de sa condition.

On est tout de même bien loin de ce que j'ai pour ma part vécu en hypokhâgne.

Si j'étais "ignorante", je n'avais à m'en prendre qu'à moi-même. Rien ne serait fait pour m'aider à acquérir les stratégies qui m'auraient permis de progresser. Si j'avais cette ambition, il allait falloir que je me débrouille toute seule.

Mais qu'en est-il de tout ceux qui n'ont pas eu comme moi la chance de "réussir" et d'être reconnus pour leurs compétences avant de vivre l'expérience de l'échec ?

De quelles ressources disposent-ils pour affronter l'incompréhension en cours et la honte au moment de l'annonce des résultats ?

Comment peuvent-ils comprendre qu'ils ne semblent pas avoir les mêmes atouts que les autres pour réussir ?

La translation globale des écarts

"On ne peut pas faire accéder les enfants des familles les plus démunies économiquement et culturellement aux différents niveaux du système scolaire et en particulier aux plus élevés, sans modifier profondément la valeur économique et symbolique des diplômes" (extrait).

80% d'une classe d'âge jusqu'au bac. Et après ?

Si seulement 10% de la population globale est titulaire du diplôme, celui-ci constitue un critère de sélection incontournable.

Si 80% peuvent s'en prévaloir, il ne peut plus constituer le même outil de sélection.

En France où c'est par le diplôme que la sélection entre les candidats à un poste ou certaines positions sociales s'effectue, un diplôme "que tout le monde a" est un diplôme dévalué, qui ne permet pas de repérer les "meilleurs" dans la masse (sic).

Mais au moment où certaines catégories de population peuvent nouvellement y accéder, cette nouvelle hiérarchie n'est pas encore clarifiée dans les esprits.

Les exclus d'hier, qui par leur détermination et leur travail parviennent à obtenir le saint graal, ne peuvent que sévèrement déchanter quand ils découvrent que le diplôme qu'ils obtiennent ne leur permet en rien de prétendre aux positions sociales auxquelles il permettait d'accéder pour la génération précédente.

"Le processus d'élimination étant différé et étendu dans le temps, et par là comme dilué dans la durée, l'instituion est habitée durablement par des exclus en puissance, qui y importent les contradictions associées à une scolarité sans autre fin qu'elle-même" (extrait).

Le désenchantement qui s'opère voue alors ces élèves d'un genre nouveau à une exclusion qui semble "encore plus stigmatisante et plus totale que par le passé", car selon toutes les apparences, ils ont eu leur "chance".

Les "râtés relatifs" aux plus hauts niveaux de la réussite

Au sein de ma classe préparatoire prestigieuse, je réalise progressivement que je n'ai pas les mêmes atouts que mes camarades.

Le fossé entre eux et moi est immense.

IIs savent déjà ce que c'est que de passer le concours de l'ENS. Des frères, des soeurs, leurs parents ou leurs cousins leur ont raconté leurs histoires de normaliens et d'admissibilité depuis qu'ils sont en âge de les comprendre.

Si je suis les mêmes cours, je ne perçois pas comment ils vont m'aider. Je ne maîtrise pas les codes et les méthodes qui permettent d'accéder petit à petit au niveau requis (quand certains dans ma classe l'ont de toute façon déjà atteint).

Je sais que dans certaines prépas moins cotées, les enseignants dispensent à leurs élèves des cours de méthodologie : comment construire une argumentation ? Comment problématiser son propos ?

J'ai dû apprendre tout ceci sur le tas, par mes propres moyens.

A Fénelon, on n'expliquait pas comment progresser. On ne nous aidait pas à analyser nos lacunes pour les combler. "On" avait déjà bien assez d'étudiants doués. On se contentait donc de les sélectionner pour ne garder que ceux qui avaient leurs chances pour le concours.

Je n'étais pas une grosse perte.

J'étais une "exclue en sursis" dès le mois de septembre. Mais après tout, on me donnait ma chance. On avait sélectionné mon dossier "de lycéenne de banlieue". Je n'avais qu'à faire mes preuves et prouver mon mérite.

L'institution réussissait ainsi le "tour de force de réunir les apparences de la démocratisation et la réalité de la reproduction".

La responsabilité individuelle de mon échec qui m'était imputée était ici patent.

Comme de nombreux élèves l'avaient vécu avant moi dans mon parcours scolaire, j'étais gardée au sein du système pour y attendre d'en être exclue. J'allais pouvoir faire l'expérience des "filières dévalorisées" et des parcours de seconde zone.

Je raconterai ensuite comment j'ai poursuivi mes études à l'université.

Trois ans plus tard, dans le métro, je suis tombée par hasard sur une ancienne camarade de prépa.

"Que deviens-tu ?" m'a-t-elle demandé.

Je lui ai raconté que je faisais un double-cursus à l'université : un DEUG de psychologie et un Master de sociologie.

"Ah" m'a-t-elle répondu peinée.

J'ai senti une pointe de condescendance dans sa voix et son attitude et je lui ai donc retourné la question. Elle redoublait sa khâgne à Fénelon.

"J"ai été admissible l'année dernière" a-t-elle ajouté avec orgueil.

Moi qui trouvait plutôt satisfaisant et ambitieux de mener deux cursus en parallèle, cette rencontre de quelques minutes à peine m'a sévèrement renvoyée à mon statut de "déchue".

J'avais pendant une année côtoyé "l'élite" et j'étais retournée parmis les pouilleux…

Je le dis aujourd'hui avec le sourire.

A l'époque, son regard affecté posé sur moi avait eu le même effet que les yeux levés aux ciel de ma prof de français quand elle m'avait rendu mon premier devoir.

Devoir renoncer aux aspirations sociales et scolaires que l'école a elle-même inspirées

Bourdieu et Champagne dans leur texte analysent le "malaise lycéen" (et maintenant étudiant) comme une manifestation des contradictions qui traversent l'institution scolaire.

"Fini le temps des cartables en cuir, des vêtements d'allure austère, du respect accordé aux professeurs, autant de signes de l'adhésion que les enfants des familles populaires accordaient à l'institution scolaire et qui a cédé la place aujourd'hui à une relation plus distante : la résignation désenchantée, déguisée en nonchalence désinvolte, se marque dans l'indigence affectée de l'équipement scolaire, le dossier tenu par une ficelle ou un élastique que l'on trimballe nonchallamment sur l'épaule, les crayons feutres jetables qui remplacent le stylo à plume de prix offert, à titre d'encouragement à l'investissament scolaire, à l'occasion d'un anniversaire. Elle s'exprime aussi dans la multiplication des signes de défi à l'intention des enseignants…" (extrait).

Comment supporter d'être "en attente d'exclusion" jour après jour ?

Comme souffrir les signes de déclassement, les yeux levés au ciel et les regards méprisants jetés par ceux qui sont bien en place ?

En renforçant la différence. En marquant ce qui nous fait appartenir à un autre monde. En revendiquant ce qui fait sa valeur.

Parfois, cette violence insidieuse quotidiennement subie donne lieu à des signes d'opposition plus agressifs.

On bavarde. On s'assoit au fond de la classe. On sèche quelques cours.

Tant que l'on garde l'espoir de faire partie des élus, on joue le jeu avec ferveur.

Mais qu'advient-il quand on se sait dépassé ?

L'image de soi est continuellement en danger au sein de l'école.

La réussite scolaire est en effet tellement confondue avec la réussite sociale que l'on se sait "moins que rien" si l'on ne fait pas partie "à une bonne place" de ce monde-là.

Mais si ce monde nous ferme ses portes, comment rebondir pour se sentir enfin exister ?

Si vous souhaitez lire le texte de Bourdieu et Champagne en version intégrale, il est accessible librement sur le site Persee (cliquez sur le lien).

*

Comment faire concrètement pour progresser, se remotiver, envisager des solutions ?

Voici quelques liens vers d'autres articles :

Mon expérience en classe préparatoire

Etre étudiant, et se sentir seul…

Comment améliorer votre méthode de travail pour réussir vos études supérieures ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.