Redonner du sens à ses études après un échec (témoignage)

Chaque année, je rencontre des étudiants qui ont des difficultés à trouver leur place dans le cursus d'étude qu'ils ont choisi. Certains n'obtiennent pas de bonnes notes à leurs examens, d'autres ont du mal à se faire de nouveaux amis (leurs amis du lycée ont choisi d'autres voies, vivent dans d'autres villes…) et d'autres encore se sentent seuls, loin de leur famille ou simplement isolés dans une promotion d'étudiants anonymes, et d'enseignants peu intéressés par leur sort.
 
Régulièrement, je reçois des mails d'internautes qui partagent avec moi leur expérience. J'ai beau leur affirmer qu'ils ne sont pas les seuls à vivre ce qu'ils vivent, ils se sentent tout de même isolés…
 
Aujourd'hui, c'est l'un de mes étudiants qui a pris le temps d'écrire son témoignage, afin de témoigner. Et il a eu la gentillesse d'accepter que je publie son texte sur mon blog. Je sais qu'il n'est pas le seul à traverser ces difficultés. J'espère que vous pourrez lui témoigner votre soutien dans les commentaires : 
 
"Cela fait bientôt un an que je suis l'UV de maths, également un an que je suis dans cette école, un an que je suis en France. Mais c'est seulement très récemment que j'ai enfin compris pourquoi je n'arrivais pas à réussir.
 
J'ai vraiment l'impression que cette école met la barre haute pour ses étudiants de première année, non pas en terme de niveau, mais en terme de motivation : dans chaque cours que je suis, j'ai l'impression que le prof s'adresse à des étudiants qui doivent déjà savoir un peu pourquoi ils sont là, avoir une petite idée de ce qu'ils ont envie de faire, avoir une forte ambition de projet professionnel … rien de tout cela pour moi.
 
Ma présence ici résulte plus du hasard, d'un coup du destin, que d'un choix réfléchi, informé, justifié, déterminé après des heures de recherches de formations.
 
Donc depuis que je suis ici, même si je sais pertinemment que la grande majorité des étudiants est dans le même cas que moi, je ne peux m'empêcher de sentir cette pression constante d'être déjà en retard par rapport à mes choix d'orientation, et cette pression, je l'ai ressentie chaque jour inconsciemment et c’était dur à vivre.
 
Je me suis aussi senti très mal pendant mon séjour en France : dès mon arrivée, je me suis senti oppressé par un environnement peu accueillant voire hostile, distant voire fermé. Du coup je déteste tout cela.
 
Quand j'essaie de trouver une raison de m'accrocher quand même, que je recherche un dynamisme pour me faire tenir, je fais du sport, je me tourne vers les assos, je vais faire un tour en ville, etc.
 
Mais cette ville est une ville trop calme, et l'école a beau faire des efforts avec sa vie associative, ses événementiels, même le gala ne faisait pas le poids devant la vitalité, la chaleur humaine dont j'ai l'habitude d'où je viens.
 
Alors je me suis refermé sur moi-même. Et chaque soir après les cours, mon premier instinct est toujours de m’échapper, d'une manière ou d'une autre, de ce monde où je suis si mal à l'aise. J'ai beau être intéressé par ce que j'étudie, je réalise que je ne pourrai jamais me concentrer correctement dans mes études avec ce genre de malaise que je vis au quotidien.
 
Pour revenir à mes études, je considère que j'ai "raté" mon année dans le sens intrinsèque, dans le sens ou je n'ai pas atteint le minimum attendu par les enseignants. Dès le départ, je n'étais pas dans le bon état d'esprit pour bien aborder mes études supérieures car je n'ai pas su trouver ma place ici.
 
Depuis quelque temps déjà, je sens que la France n'est pas le pays qui me convient le plus. Et même si l'esprit d'enseignement de l'école où je suis inscrits a su me séduire, je sais que tôt ou tard, il faudra que je cherche un autre cadre d'études.
 
J'ai un vécu qui m'est particulier : j'ai beaucoup voyagé, j'ai toujours dû m'adapter et je ne me suis jamais senti vraiment à l'aise nulle part, ni même dans mon propre pays. Et si je ne profite pas de mes années d'études pour chercher à m'épanouir, je ne ferai pas long feu plus tard dans ma vie.
 
Cependant, je ne souhaite pas non plus changer de milieu tout de suite, sans prendre le temps de bien réfléchir à ce qu'il me faut. En ce moment, je cherche à rester où je suis, j'ai vraiment besoin de stabilité pour prendre une bonne décision.
 
Donc dans le cas extrême ou je suis réorienté à cause de l'insuffisance de mes résultats, je ne vais pas déménager tout de suite. J'envisage de rester dans cette ville et je me replierai probablement sur une formation courte en attendant.
 
Jusqu'ici, ma fierté et mon entêtement se refusaient à considérer un tel scénario d'échec que j'avais en fait peur de vivre très mal. Mais maintenant je le vois comme une roue de secours, une meilleure solution de rechange, et quelque part, en terme de stress, ça me libère d'une pression supplémentaire que je n'ai pas besoin de porter.
 
Et je peux alors mieux me concentrer sur la situation présente : dans l'idéal, je souhaite rester où je suis, c'est-à-dire dans cette école, le temps de me décider sur ce que je veux.
 
J'ai pu discuter ce semestre avec mon conseiller, qui est heureusement plus pragmatique que moi, et qui m'a fait comprendre que j'avais besoin d'assurer avec les crédits de ce semestre pour continuer. Du coup, je sais qu'en terme de travail, mon année ne s'est pas passée comme il le fallait.
 
J'ai été très assidu, ce que j'ai vu en cours était toujours très accessible. Mais derrière, dans la consolidation des acquis, j'ai été très irrégulier. En conséquence, je préparais toujours mal mes examens.
 
A deux semaines de la fin, je ne peux plus prétendre à finir mon semestre avec un "bagage" de compétences digne de ce nom. Mais ce que je peux faire, c'est aller après les crédits. Je me concentre sur un nouvel objectif, celui d'avoir les crédits de mes UVs, celles de mes 2 UV scientifiques en particulier, pour avoir toutes mes chances de rester où je suis. Voilà exactement ce qui va me motiver pour mes finaux dans 2 semaines.
 
Pour en revenir à l'UV de mathématiques, de deux choses l'une : je suis déterminé à faire tout le nécessaire pour bien préparer le test de la semaine prochaine. J'en fais ma priorité.
 
Je l'ai compris, c'est une vraie chance que je ne laisserai plus passer par dessus ma tête comme la dernière fois. Je vise la note maximale et je sais que c'est possible, car j'ai compris le cours.
 
J'en profite pour dire que j'ai séché mes deux derniers TDs de maths car j'avais besoin de faire une pause, de reprendre mon souffle, chose vitale que je ne m'étais pas accordée avant, ce dont j'ai payé le prix au dernier médian durant lequel je me suis senti fatigué et découragé au milieu de l'épreuve. 
 
La deuxième chose, justement, c'est l'examen final. Je sais avec l'expérience de mon premier semestre que les derniers cours et TDs sont très utiles pour se préparer au final, donc je n'en raterai aucun autre dorénavant. J'ai aussi une bonne idée de ce à quoi je dois m'attendre, je peux ainsi me préparer stratégiquement à l'examen pour optimiser ma note.
 
Voilà, tout cela pour dire que je ne lâche pas l'affaire, loin de là, je suis désolé pour ce long mail, c'était surtout un moyen pour moi d'ordonner tout ce qui se passait dans ma tête, bien redéfinir ce qui me motive vraiment et les raisons derrière, pour m'éviter de foncer dans le tas, accumuler du stress vers la fin et finir en catastrophe, ce qui allait surement m'arriver si je n'avais pas réfléchi à ce mail."
 
Je remercie beaucoup cet étudiant d'avoir accepté de témoigner de son expérience sur ce blog. Et j'espère que cela donnera envie à d'autres de m'envoyer leurs témoignages.
 

3 thoughts on “Redonner du sens à ses études après un échec (témoignage)”

    1. Bonjour LaMeduse,

      Je ne comprends pas votre intention en laissant ce commentaire…j’espère que vous pourrez nous en dire un peu plus.

      Toujours est-il qu’il me donne l’occasion d’expliquer ce que je trouve pour ma part passionnant dans ce témoignage.

      Dans le cadre de mon travail d’enseignante et de psychologue, je suis constamment en train de me demander pourquoi certains étudiants ne parviennent pas à se mettre au travail. Je pars toujours du principe qu’il y a une bonne raison à cela. Cet étudiant est parvenu (et pas d’emblée je peux vous l’assurer) à mieux comprendre, progressivement, ce qui le mettait en difficulté, pourquoi il ne se sentait pas bien et quelle incidence cela avait sur sa motivation à travailler.

      Il montre comment le fait de mettre des mots sur son vécu et de lui donner du sens permet d’être à nouveau acteur de sa vie et de ses choix.

      Parfois, la méthode qui consiste à se mettre un bon coup de pied au derrière, en arrêtant de « s’écouter » ne fonctionne tout simplement pas. Je sais que c’est la façon de faire privilégiée par beaucoup d’entre nous. Ce n’est pas la mienne. J’ai à coeur de comprendre les gens qui viennent me rencontrer, de me mettre à leur place, de voir les choses de leur point de vue. Et lorsque qu’ils m’accordent la confiance que m’a accordé cet étudiant, qu’ils acceptent de se questionner sur leurs choix et motivations et qu’ils partagent avec moi les étapes de leur réflexion avec autant d’authenticité, je ressens un immense sentiment de gratitude.

      A bientôt,

      Hélène

  1. Je te souhaite sincèrement de réussir dans les objectifs que tu te donnes, et de trouver la voie qui te conviendra. Mettre tout par écrit comme tu l'as fait est déjà une belle étape qui va t'aider à travailler. Bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.