Les causes de la procrastination étudiante

"D'après certaines études, la principale cause d'échec en première année d'études supérieures serait à mettre sur le compte du fait que les étudiants ne parviendraient pas à se mettre sérieusement au travail.

Selon vous, qu'est-ce qui pourrait expliquer que VOUS ne parveniez pas à vous motiver à travailler ?"

Voici la question que j'ai posée au sein de mon université aux 231 étudiants de première année lors de la semaine de rentrée.

J'ai ensuite compilé leurs réponses selon leur nombre d'occurrences.

J'en profite pour préciser le type de réponses qui sont rassemblées sous la dénomination "tentations extérieures" : sorties, loisirs, distractions diverses (regarder des séries, surfer sur Internet, consulter sa page facebook…).

procrastination

 

 

Voici quelques réponses intégrales :

"Le manque de motivation, chez moi, si un jour il y en a, pourrait s'expliquer par le fait que je pourrais m'être trompé de voie et que je ne me sens plus à ma place"

"Le trop grand écart entre le lycée et les études supérieures"

"L'entrée dans les études supérieures amène une liberté quasiment totale. Il est donc possible que l'on soit tenté de faire autre chose que travailler car il n'y a personne derrière soi pour nous pousser"

"Le manque de motivation vient sûrement du fait qu'il est difficile à notre âge de définir notre projet professionnel. En effet, chacun d'entre nous a beaucoup de domaines qui l'intéressent, et dès que cela devient difficile, on se remet facilement en question"

"Le fait de ne pas comprendre certaines choses pourrait me démotiver. L'accumulation du retard aussi. Je suis très jeune et j'ai été poussée à faire un choix d'orientation qui certes, ne me déplaît pas, mais qui ne me rassure pas. Je n'ai jamais vraiment fait face à des échecs et à des difficultés en classe. Et si je me rate à une UV, je risque de paniquer"

"On est beaucoup préoccupé par la construction d'une nouvelle vie sociale dans une nouvelle ville. Cela prend du temps et de l'énergie"

"Je vis seul pour la première fois. Je dois donc apprendre à travailler tout en apprenant à me gérer seul"

"Le manque de discernement. Un étudiant qui suit la même logique qu'au lycée ne va pas travailler dans le supérieur, car il ne sait pas pourquoi il est là. Au lycée, les enseignants nous poussent à travailler donc on travaille. Dans le supérieur, il faut se rendre compte que l'on travaille pour son propre avenir, et non parce qu'on nous le demande"

"Je ne me sens pas bien intégré pour l'instant, ce qui me démotive un petit peu"

6 thoughts on “Les causes de la procrastination étudiante”

  1. C'est intéressant de poser cette question aux étudiants, car cela les oblige à mettre des mots sur leur façon d'agir (ou de ne pas agir = procrastiner…) et peut-être que cela les amènera à … réagir!

    Et pourquoi pas leur poser la question inverse? : qu'est-ce qui les motive à travailler, ou qui pourrait les motiver à étudier?

    Belle journée!

    1. Bonjour,

      Je leur ai également posé la question !

      En creux (tout de même), on s’aperçoit que différents leviers de motivation peuvent déjà être envisagés : l’approfondissement du projet professionnel, les amener à envisager différents moyens de gérer leur quotidien, découvrir comment améliorer sa confiance en soi, l’acquisition de méthodes de travail plus adaptées…

      En fait, c’est mon travail au sein de l’université de les accompagner sur tous ces sujets.

      Les deux réponses les plus citées concernant les sources de motivation sont les suivantes : l’envie de réussir et la peur de l’échec.

      C’est d’ailleurs intéressant et mériterait de longs développements.

      A bientôt,

      Hélène

  2. Bonjour

    Intéressante enquête

    2 questions

    – en quelle année du cursus universitaire étaient ces étudiants ?

    – combien de réponses pouvaient-ils cocher ?

    Cordialement

    1. Bonjour,

      Les 231 étudiants interrogés sont en première année à l’Université de technologie de Troyes (école d’ingénieurs qui recrutent les étudiants juste après le bac).

      Il s’agissait d’une question ouverte. Il n’y a avait donc aucune case à cocher. Ils répondaient ce qu’il voulait. C’est moi ensuite qui ai fait la synthèse des réponses.

      A bientôt,

      Hélène

  3. Bonjour,

    C'est une question drôlement intéressante ! Mais ne serait-ce pas pertinent de la leur poser plus tard dans l'année ? Ce serait probablement plus problématique à organiser mais ce serait peut-être parlant car les étudiants primo arrivants ne connaissent pas encore l'université et sont moins à même d'analyser leur réaction face à elle.

    Bonne journée !

    1. Bonjour,

      C’est une excellente suggestion (je l’avais fait il y a deux ans et les réponses étaient sensiblement les mêmes…). Mais je vais essayer de la reposer en fin d’année tout de même. En réalité, on retrouve toujours ces trois ensembles de réponses : le sens donné au projet (pourquoi est-ce que j’étudie ? pour atteindre quel but ?), la confiance en soi (ai-je ce qu’il faut pour réussir ? comment continuer à y croire encore après un échec ?) et les stratégies pour exploiter ses ressources (qu’est-il attendu de moi ? comment exploiter au mieux mes ressources ?).

      A bientôt,

      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.