Les « pannes » de la réflexion ou les obstacles à surmonter lorsque l’on réfléchit

 
 

Comment sait-il cela ?!?!!

Au cours de mes études, je me suis souvent demandée comment certains étudiants trouvaient les réponses aux questions posées par les profs.

Il m'arrivait moi-même régulièrement d'être confrontée à un exercice, et de ne pas comprendre ce qui était attendu, ni comment il fallait que je m'y prenne pour résoudre le problème posé.

Et lorsque la réponse était exposée, je me disais invariablement : et comment étais-je sensée savoir cela ?

Comme je l'ai exposé dans cet article, l'activité de réflexion consiste à mettre en lien un problème présent avec des évoqués mémorisés. Et comprendre cela a été pour moi déterminant.

Lorsque j'ai lu le livre de Guy SONNOIS dont vous trouverez le résumé ici, il s'est agit pour moi d'une révélation.

Je m'étais toujours imaginée que certains étaient naturellement bons pour réfléchir et d'autres moins…

L'activité de réflexion constituait pour moi une sorte de "boîte noire" : on entrait des données…et la réponse apparaissait…ou pas.

Que se passe-t-il dans cette boîte noire ? Quelles sont les différentes étapes à franchir ? Quels sont les obstacles à surmonter ?

En définitive, comment améliorer ses compétences en matière de réflexion ?

1- Quelles sont les différentes étapes du processus de réflexion ?

L'exemple que j'ai donné dans l'article précédent permet de mettre en évidence les étapes suivantes :

Pour réfléchir, il faut…

  • Repérer les données de l'énoncé
  • Analyser l'énoncé et mettre en évidence le problème général au-delà de la question posée
  • Retrouver la règle qui s'applique au cas particulier de l'exercice
  • Appliquer la règle
  • Communiquer la réponse

2- Quelles sont maintenant les difficultés susceptibles d'être rencontrées à chacune de ces étapes ? Pourquoi ? Et comment y remédier ?

  • Repérer les données de l'énoncé

Il s'agit ici de prendre conscience de toutes les informations contenues dans l'énoncé.

Les difficultés ?

Vous passez à côté de certaines informations parce que :

– vous lisez trop vite…

– vous cherchez à retrouver un exercice que vous avez déjà fait…

– vous "sautez" sur un mot-clé qui vous détourne d'une analyse précise de TOUTES les données…

Comment y remédier ?

Prenez le temps d'évoquer chacune des données de l'exercice (comme on entre des données dans un ordinateur pour lui demander d'effectuer une tâche, prenez le temps de "penser" à chaque terme de l'énoncé pour vous assurer ou vérifier que vous n'oubliez rien).

Lisez l'ensemble de l'énoncé avant de vous attaquer à la résolution de l'exercice.

Un étudiant m'a ainsi "avoué" récemment qu'il avait planché plus d'1/4h sur un exercice lors d'un examen sans rien réussir à faire…pour s'apercevoir ensuite que des données essentielles figuraient au verso de la feuille d'examen…

  • Analyser l'énoncé et mettre en évidence le problème général au-delà de la question posée

Il s'agit de repérer quel est le problème soulevé dans l'exercice.

Reprenons l'exemple de l'article précédent : comment accorder le participe passé dans la phrase.

Il s'agit d'un exercice de conjugaison. Repérer les données de l'exercice permet d'analyser ce dernier et de mettre en évidence le problème général posé, qui devient alors : comment et avec quoi accorder un participe passé dans une phrase au passé composé ?

Pour répérer et analyser quel est le problème général au-delà du cas particulier de l'exercice, il faut avoir une idée préalable du type de problème en question.

Vous ne pouvez pas deviner les problèmes si vous n'avez pas déjà vu et analysé les problèmes généraux auxquels ils se rapportent.

C'est ce point précis qui a constitué une révélation pour moi quand j'ai lu le livre de Guy Sonnois et les livres d'Antoine de La Garanderie.

Réfléchir, ce n'est pas inventer.

Réfléchir, c'est RE-trouver dans ses connaissances mémorisées les éléments qui vont nous permettre d'appréhender un cas particulier nouveau.

Où résident alors les difficultés ?

– Vous n'avez pas formalisé dans votre tête les différents problèmes généraux possibles…

– Vous ne parvenez pas à faire des liens entre les données d'un exercice et vos connaissances mémorisées…

– Vous avez révisé en vue de mémoriser une compilation de corrigés d'exercices, du coup, vous ne parvenez pas à analyser un exercice nouveau pour repérer le problème général en jeu…

Comment y remédier ?

Pour être en mesure d'analyser l'énoncé en vue de mettre en évidence le problème général en jeu, il est conseillé de :

– Apprendre son cours en mettant en exergue le "type" de problème que les outils transmis permettent de résoudre.

Cela suppose de se poser systématiquement la question suivante : à quoi cette connaissance va-t-elle me servir ? Quel type de problème vais-je être en mesure de résoudre grâce à elle ?

– Analyser les exercices que vous faites (en TD ou pendant les révisions) pour vous entrainer à repérer le problème général au-delà du cas particulier de l'exercice.

  • Sélectionner la règle qui s'applique au cas particulier de l'exercice

Lorsque vous avez cerné quel était le type de problème en jeu dans votre exercice, il s'agit de retrouver, dans votre mémoire, la règle qui s'applique dans ce cas particulier.

Les difficultés ?

– Vous n'avez pas trié et organisé vos connaissances, vous ne savez donc pas comment retrouver la règle adéquate…

– Vous avez mal mémorisé les règles, il vous manque donc des élements, ou ceux-ci sont erronnés…

Comment y remédier ?

– Plus vos révisions vous auront conduit à "ranger" vos connaissances, c'est-à-dire à les organiser en fonction du type de problème qu'elles vous permettent de résoudre, plus aurez de facilité à retrouver celles dont vous avez besoin au moment opportun.

C'est là tout l'enjeu du processus de réflexion : RE-trouver la règle qui s'applique dans le cas particulier de l'exercice.

  • Appliquer la règle

Vous avez analysé le problème général, vous avez sélectionné la règle qui s'applique dans le cas particulier de l'exercice, il vous faut maintenant l'appliquer.

Les difficultés ?

Les difficultés, erreurs et obstacles à surmonter sont encore nombreux :

– Vous ne maîtrisez pas la démarche : le "mode d'emploi" de la règle est parfois difficile à appréhender et il est nécessaire de s'y exercer plusieurs fois afin de le comprendre et le mémoriser…

– Appliquer une règle suppose souvent de maîtriser d'autres connaissances et d'autres règles…que vous ne connaissez pas…

– Vous pouvez faire des erreurs de calcul ou d'inattention…

Comment y remédier ?

Il faut vous entraîner. C'est souvent en pratiquant que la démarche devient naturelle.

Il ne faut pas sousestimer le savoir-faire nécessaire dans le cadre de la phase d'application.

Par exemple, dans le cadre d'un exercice de mathématiques, un étudiant me disait qu'il savait quel était l'objectif, ce qu'il devait obtenir, quels étaient les règles et outils à utiliser, mais il ne savait plus comment faire concrètement…

Il s'agissait d'un exercice où l'objectif était de déterminer la limite d'une fonction. Il fallait pour se faire connaître les formules de trigonométrie. Il savait que l'une de ces formules lui était vraisemblablement nécessaire, mais il ne "voyait" pas laquelle. Cet exercice nécessitait en effet d'avoir "pratiqué".

  • Communiquer la réponse

Vous pouvez avoir analysé le problème, trouvé la règle à appliquer, bien appliqué la règle, mais perdre des points à l'étape de la communication de la réponse.

Les difficultés ?

– Vous n'avez pas communiqué TOUTES les informations requises pour justifier votre résultat… vous avez omis de préciser une unité, vous n'avez pas énoncé la règle que vous avez utilisée (le théorème, les conditions…), vous n'avez pas cité vos sources…

– Vous n'avez pas su cerner quelles étaient les attentes de votre prof (ou du correcteur) concernant le degré de rigueur et de précision requis dans la rédaction de votre copie…

Comment y remédier ?

– Soyez attentif à tous les conseils qui vous sont donnés par les enseignants concernant la communication des résultats.

– Allez consulter votre copie d'examen pour comprendre ce qui vous a coûté des points.

– Rédigez vos réponses le plus rigoureusement possible, en ayant systématiquement en tête d'expliquer et justifier le plus précisément possible vos réponses.

Conclusion

L'activité de réflexion devient de plus en plus facile à mesure que vous faites l'effort de trier, sélectionner et organiser vos connaissances tout au long de la période d'apprentissage.

C'est pendant que vous travaillez à "comprendre" et "mémoriser" que vous préparez le terrain pour le processus de réflexion.

Si vos connaissances sont "rangées", vous analyserez les problèmes plus facilement et vous retrouverez les règles à appliquer avec aisance.

 

3 thoughts on “Les « pannes » de la réflexion ou les obstacles à surmonter lorsque l’on réfléchit”

  1. Bonjour,

    merci pour cet article comme toujours fort intéressant!

    Je comprends bien cette démarche pour la réflexion, mais elle semble surtout convenir à des problèmes scientifiques, mathématiques, ou même de grammaire, c-à-d quand une "règle" existe, a été étudiée et peut être appliquée.

    Mais qu'en est-il de la réflexion par exemple au sujet de ce thème de dissertation dont vous nous parliez: « Le pouvoir de l’amour »?

    C'est plus un cas de "réflexion pure", c-à-d qu'il n'y pas nécessairement eu de données mémorisées à ce sujet?

    merci

    Francoise

    1. Bonjour Françoise,

      En réalité, l’exercice de la dissertation est lui aussi bourré de règles à appliquer. Il s’agit d’un exercice scolaire et très normé.

      Pour autant, nombreux sont les élèves (et j’en ai fait partie !) qui ne connaissancent pas ces fameuses règles. Elle sont enseignées de manière beaucoup moins systématique à l’école que les règles d’orthographe ou les théorèmes de maths. Pourtant, il y a bien des codes à respecter pour élaborer une introduction, construire un paragraphe argumentatif ou analyser un sujet. Tous les articles que j’ai rédigés sur ce blog pour élaborer un mémoire de recherche ou progresser en dissertation ont pour objectif de clarifier ces règles et les rendre explicites.

      Vous pouvez également lire l’article dans lequel je compare un exercice de maths, une dissertation de philo et le jeu vidéo Zelda 64.

      A bientôt,

      Hélène

      1. Bonjour Hélène,

        oui, je comprends bien votre réponse pour les règles de rédaction d'une dissertation ou tout autre travail écrit.
        Je pensais plutôt à :comment réfléchir pour trouver les arguments à défendre dans la dissertation.

        Personnellement, à l'école, je n'ai pas eu de problèmes à appliquer des règles, mais plutôt dans ce genre de rélexion où il me fallait trouver des idées, des arguments par moi-même, neufs par rapport à la matière enseignée…

        Merci encore pour votre blog que je suis toujours avec un immense intérêt!

        Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *