Récit d’une formation éprouvante (et comment j’apprends de mes erreurs)

Nous avons tendance (en particulier sur internet) à communiquer exclusivement sur nos réussites. J'ai d'ailleurs publié la semaine dernière un article dans lequel j'annonçais l'ouverture des inscriptions pour ma prochaine formation en ligne en mettant en avant les retours très positifs des participants à la dernière que j'avais animée. Cela donne l'impression que tout est parfait, que tout le monde y trouve son compte et que personne n'a besoin de se remettre en question…

Je suis toujours fascinée lorsque je lis des retours d'expérience exceptionnels, sans nuance, sans approche critique. J'ai comme la sensation que je suis la seule à me confronter à des difficultés, à subir des échecs et à me sentir douloureusement impuissante.

Je prends donc sur moi cette semaine de partager avec vous une expérience récente qui m'a pas mal chamboulée.

 

Récit d'une expérience qui m'a conduite à me remettre en question de manière assez radicale

La semaine dernière, j'ai animé une formation au sein d'un collège sur le thème "stimulez l'envie d'apprendre et la motivation à travailler". J'étais ravie d'intervenir sur ce thème et je me suis rendue à ce collège avec beaucoup d'enthousiasme.

La chef d'établissement était à l'origine de la mise en place du stage et certains enseignants avaient été inscrits de manière unilatérale. 

De ce fait, la formation était d’emblée plutôt mal engagée (pour moi, car je pense que provoquer un peu les échanges est souvent salutaire, si l'on parvient à accueillir les critiques, les insatisfactions et l'hostilité).

Au début de la première journée, j'ai pris le temps de demander aux participants quels seraient les freins qui les empêcheraient de s'impliquer de manière positive. Mon idée était de faire ensuite des liens entre les résistances exprimées et celles qui sont vraisemblablement à l'oeuvre chez les élèves. 

Voici quelles ont été les inquiétudes exprimées par les participants :

1) Peur qu’il n’y ait pas de « contenu », peur de perdre leur temps.

2) Peur que la formation donne lieu à la présentation « d’idéologies de sociologues, instrumentalisées pour répondre aux attentes des pédagogues de l’Education nationale ».

3) De nombreuses expériences antérieures de formation ont été jugées décevantes et inutiles, rendant les participants suspicieux, réticents et sur la défensive (les formations vécues l’année dernière pour accompagner la réforme ont été sévèrement critiquées).

4) Les participants étaient inquiets de n’avoir que de la théorie et peu de contenus concrets à ré-exploiter sur le terrain.

5) Ils ont exprimé leur ras-le-bol d’être culpabilisés.

6) Un participant a également exprimé qu’il n’en pouvait plus qu’on lui cite Céline Alvarez, Meirieu et Montessori comme exemples à suivre.

 

Les deux jours ont vu s’alterner des séquences tendues, dès que les échanges devenaient polémiques et stériles (« c’est toujours pareil », « c’est la faute des parents », « c’est la faute de la société ») avec des séquences où l’écoute a été de qualité et les échanges constructifs. La majorité des participants a néanmoins semblé trouver dans la formation matière à réflexion sur les pratiques, et des idées pour la suite.

A la fin des deux journées, je leur ai demandé de répondre par écrit à deux questions : quels sont vos retours positifs concernant ces deux jours de formation ? Quelles seraient vos suggestions d'amélioration ?

 

1) Quels sont vos retours positifs concernant ces deux jours de formation ?

« Merci de ne pas avoir changé votre plan d’intervention malgré la pression des stagiaires… »

« Intervention riche et professionnelle » 

« Beaucoup de connaissances, ressources intéressantes » (cité trois fois)

Apport d’exemples et d’outils concrets que l’on peut utiliser en vie de classe (cité huit fois)

« Un moment de réflexion sur la motivation des élèves plus long que celui que nous avons habituellement en salle des profs et qui dresse un bilan restrictif » (cité deux fois)

Contenu qui met en évidence des leviers d’action intéressants, transmission de documents et de schémas qui permettent d’avoir une vue d’ensemble des causes du désengagement (cité six fois)

Echanges intéressants avec les collègues

Echanges intéressants avec la formatrice (cité deux fois)

« La formation m’a permis d’avoir une réflexion sur ma propre pratique : remise en question, réconfort… » (cité trois fois)

« J’ai réalisé que les élèves se posent beaucoup plus de questions que ce que j’imaginais »

« ça change des donneurs de leçon habituels de l’Education nationale : merci ! »

« Belle attitude de la formatrice : humour, calme, centrage du groupe… »

« La méthodologie de travail pendant la formation (exercices proposés aux stagiaires) permet de vivre le contenu »

« Inciter les professeurs malveillants à être bienveillants »

 

2) Quelles sont vos suggestions d’amélioration

« Avoir la possibilité de faire plus d’activités transposables en vie de classe. Des fiches-méthode pourraient être distribuées pour mettre en place des activités avec les élèves. Adapter le contenu du stage au niveau collège (trop axé sur le niveau étudiant). Parfois trop abstrait : plus d’exemples concrets. »

« J’en suis quand même au même point qu’hier : comment développer des stratégies de mémorisation s’il n’y a pas même une tentative de mémorisation ! Je ne rencontre que très peu de cas de démotivation en classe. La très grande majorité de mes élèves acceptent de se mettre en route en classe, mais leurs efforts s’arrêtent dès qu’ils passent la porte et, comme le montre l’un de vos graphiques, 80% de ce qu’on a fait le lundi a disparu le mardi. Je ne crois pas être un « bon public » pour ce genre de formation. »

« (Ce que je vais dire fait référence à notre groupe) La méthodologie employée n’étant pas forcément accessible immédiatement à tout le monde, peut-être serait-il efficace de présenter rapidement l’organisation choisie : faire vivre les connaissances, plutôt que de les donner en frontal, de la même façon que vous le faites avec les étudiants. Bref : plus insister sur le plan, l’organisation en préalable (de façon à ce que certains ne se sentent pas pris pour des élèves). »

« Prendre davantage en compte les freins que nous avons exprimés en début de formation : les enseignants ne sont pas des élèves. Beaucoup de temps passé pour quelque chose qui pourrait en prendre moitié moins. Beaucoup sont en attente de réponses, et comme dans la plupart des formations reçues, nous avons passé la moitié du temps à chercher les réponses par nous-mêmes, pour finalement les obtenir (en plus complet). »

« La première moitié m’a semblé un peu longue : j’aurais préféré passer directement aux résultats statistiques de recherche. »

« Aller plus rapidement aux solutions pour motiver les élèves. Eviter le jargon pour parler de choses évidentes. Parler plus rapidement des choses concrètes à faire en classe. Dommage que l’on ait renoncé trop rapidement à détailler les causes sociales du désengagement. Quelle efficacité réelle, sachant que nous n’avons que peu de prise sur de nombreuses sources de démotivation ? »

« Trop de temps consacré aux causes du désengagement. Fonctionnement classique des formations : travail en groupe + mise en commun. Beaucoup de digressions dont une bonne partie, nous en sommes responsables. »

« Trop de temps avant de passer dans le vif du sujet (partie sur nos attentes et nos freins un peu trop développée). Trop de temps passé sur les notions théoriques. »

 

Et moi, comment ai-je vécu ces deux jours ?

J'ai l'impression d'avoir passé deux jours dans une machine à laver.

J'ai rarement eu autant l'impression d'être testée (comment allais-je les motiver à s'impliquer, moi qui venais leur parler de la manière de motiver les élèves ?). Ce que j'ai le plus mal vécu a été cette question, répétée à plusieurs reprises par deux participants : "bon alors, quand est-ce que vous nous donnez du contenu concret ?"

J'avais l'impression de donner tout ce que j'avais et que ce n'était pas encore assez. Je sais que l'impuissance dans laquelle cette injonction me mettait était vraisemblablement en lien avec l'impuissance vécue par les enseignants eux-mêmes. Pour autant, j'ai tout de même trouvé cela très difficile à vivre. J'avais l'impression que ce que je disais et l'expérience que je partageais n'avaient aucune valeur…

Analyser après-coup mes ressentis a été pour moi très important. Ce que j'aurais voulu, c'est que les enseignants qui vivaient le plus mal leur travail quotidien se sentent compris et reconnus dans leurs difficultés. Qu'ils ne se sentent pas jugés par moi mais soutenus. Qu'ils puissent mettre des mots sur les obstacles auxquels ils doivent se confronter, mais également sur leurs résistances, et qu'ils puissent s'en servir pour développer leurs capacités d'empathie à l'égard de leurs élèves, et ainsi envisager de nouvelles manières de se connecter à eux et de leur proposer des activités à même de les stimuler.

J'ai été touchée et affectée, beaucoup plus que ce que j'imaginais. Pour autant, je pense que j'ai vécu ce que beaucoup d'enseignants vivent au quotidien. Il faut que je me serve de ce vécu pour mieux les accompagner et penser avec eux comment se reconnecter avec ce goût de la transmission qui nous anime, eux et moi, tout particulièrement lorsqu'il est attaqué.

 

J'organise une formation en ligne sur le thème "stimulez l'envie d'apprendre et la motivation à travailler" du 27 février au 7 avril 2017. Toutes les informations en cliquant sur ce lien.

 

15 thoughts on “Récit d’une formation éprouvante (et comment j’apprends de mes erreurs)”

  1. Bonjour Hélène,

    pas toujours évident de former les enseignants: d'une part, ils ont parfois une réticence face aux formations "imposées" qui ne sont pas forcément en lien avec leurs attentes et d'autre part, ils peuvent avoir une attitude réfractaire aux changements car comme pour les élèves "le changement fait peur". 

    Je pense malgré tout qu'avec le recul, ils en retireront tous points positifs que ce soit des outils à tester, à adapter avec leurs élèves, des idées à développer, des projets à mettre en place.

    Bonne continuation

    Céline.

    1. Bonjour Céline,

      Merci beaucoup pour votre commentaire.

      Vous savez, je ne voudrais pas être ailleurs : j’adore former des enseignants. 

      C’est à la fois éprouvant et exaltant.

      Sans erreur et sans difficulté, il n’y a pas d’apprentissage. Alors j’apprends. Je réapprends à être humble et à ne pas prendre tout pour acquis.

      J’apprends à échouer et à persévérer.

      Merci,

      Hélène

       

  2. Bonjour Hélène,

    J'ai connu la même sensation… ce n'est pas facile le publique de profs! En même temps, ce qui ne tue pas rend plus fort! 😉

    Courage !

    Flavio

     

  3. Bonjour Hélène,

    Je fais le même métier que vous, avec des publics très diversifiés (personnes en difficultés sociales et professionnelles, étudiants, salariés, chefs d'entreprise…) et je rencontre parfois, moi aussi, des difficultés avec certains groupes de stagiaires (il suffit généralement d'un ou de deux leaders négatifs pour avoir l'impression de ne pas être à la hauteur des attentes du groupe en entier). Merci beaucoup pour ce témoignage qui m'aide à comprendre que je ne suis pas seule dans ce cas. Merci beaucoup pour vos partages sur ce blog.

    A bientôt

    Marie

    1. Bonjour,

      Merci pour votre retour.

      Lorsque nous sommes perfectionniste, nous avons en plus tendance à retenir en priorité ce qui est négatif…

      Pour cette formation, j’arrivais dans une institution où la dynamique d’équipe était déjà très installée. En tant qu’intervenante extérieure, c’était difficile d’impulser une dynamique d’échanges bienveillants alors que certains participants ne s’adressaient même pas la parole au quotidien. J’ai consacré beaucoup d’énergie à canaliser les échanges pour réduire les mécanismes de défense (notamment les blagues intempestives qui crispent plus qu’elles ne détendent l’athmosphère). Au final, nous avons également un certain nombre de temps d’échange sereins et constructifs.

      A bientôt,

      hélène

  4. Hélène, merci pour ce partage très édifiant. Premier point, oui, les formateurs ou autres intervenants ne parlent que des choses positives. C'est peut être pour donner l'impression qu'ils sont très forts mais il y a peut être d'autres raisons, l'envie d'un rêve possible et inaccessible…je suis un héros j'ai votre solution. L'envie de voir que certains peuvent y arriver…de la part des lecteurs de ces formations et que tout est possible etc…l'envie de ne pas s'exposer pour ne pas se faire de mal.

    L'impression d'être passée par une machine à laver, cela m'est déjà arrivée avec des ados, N'est-on pas dans le cas de cet ado qui vient pour un coaching que seuls ses parents ont demandé ne s'agit il pas d'un manque de bienveillance, d'une colère interieure de ces "élèves"?  TES éleves n'ont ils pas véçus ce que vivent la plupart des élèves : une insatisfaction permanente aux contenus déversés. Quand un ado vient me voir je ne peux pas parler de contenus avant d'avoir fait la paix avec lui et avoir creé l'alliance. Tu as demandé leurs attentes, y avait il vraiment une attente ou une possibilité pour eux de déverser leurs émotions uniquement ?

    L'amélioration est elle dans le contenu où dans l'acceptation de ne pas être comblé immédiatement, de ne pas accpeter le temps de reflexion post formation qui fait reflechir. Ce que toi tu viens de faire, tu as cerné ce qui te semblait juste de part ta perception et tu recueilles leurs perceptions, il n'y a pas de jugement à avoir ni d'amélioration à avoir de ce côté là plutôt un échange

    je ne cherche pas à éliminer ta remise en quesion ni à attenuer les émotions qui t'ont submergées à la fin de cette formation ma chère Hélène, par amitié :), je cherche vraiment à trouver les points d'amélioration. Cela passe peut être par une explication sur le cerveau, par la possibilité d'entendre les émotions avant et de savoir ce que ces émotions enclenchent sur le cerveau au moment de la formation. Ces personnes semblaient dans ta description, en colère avant d'arriver, il était peut-être utile de nommer cette émotion et de travailler dessus, cette colère n'était elle pas le signe d'une impuissance ? ou comme le dit Serge Boimare ces élèves empéchés d'apprendre ? Cette colère est elle contre toi, contre les autres contre eux mêmes de se sentir démunis ? La nommer, déposer cette colère quelque part, afin de trouver un terrain d'entente bienveillant. un lieu où on partagera du contenu et où ensuite on parlera des questions soulevées, sans avoir une réponse immédiate qui nous nourriraient ce corps qui n'a pas faim. Faut ll dans ce cas une formation individuelle ? ou peut être raconter une histoire avec des héros qui feraient ceci ou cela avec leurs expériences incluent dans l'histoire. afin qu'ils interagissent entre eux sur les émotions générées ? Afin de te préserver toi, en tous les cas t'exposer ainsi n'est pas bon puisque tu es devenu le receveur de choses qui ne t'appartiennent pas. Te protéger me semble une priorité 🙂 je te propose de trouver ton habit de lumière si tu le veux bien ! Ainsi ils trouveront le leur. merci pour ta confiance en tes lecteurs.

    1. Merci Florence !

      C’est vrai que je m’expose. J’ai reçu beaucoup d’émotions négatives pendant ces deux jours. Mais je me protège aussi.

      Par exemple, je recadre les participants lorsqu’ils envahissent l’espace de parole pour communiquer leur insatisfaction de manière stérile et délétère. Et puis j’ai accepté qu’ils puissent ne pas être satisfaits, pour certains. J’ai dit à une participante : « vous savez, je vous donne tout ce que j’ai. J’ai vraiment à coeur que mon expérience puisse vous être utile. Mais effectivement, peut-être que cela ne suffira pas. Peut-être qu’à la fin de ces deux jours, vous estimerez que ce que nous avons fait ensemble ne vous sera pas utile et que vous avez perdu votre temps. Je l’accepte. »

      J’ai choisi de ne pas entrer dans un jeu de justification (« mais si, ce que je propose est intéressant »), de revendication, d’attaque ou de culpabilisation (« et vous, alors ? »).

      Dans le cadre d’un accompagnement individuel, je me sens rarement aussi touchée par les attaques. La dynamique du groupe y a été pour beaucoup. 

      A bientôt,

      Hélène

       

  5. Bonjour Hélène,

    Merci pour ton témoignage! Voilà exactement pourquoi je ne me sens pas prête à intervenir auprès d'enseignants comme tu nous l'as suggéré lors de la formation. Je connais ce public: leur mal-être, leurs interrogations, leur ras-le-bol de formations imposées mais qui ne changent pourtant pas leur quotidien dans la classe, leur sentiment d'être celui qui doit toujours se remettre en question, sur qui tout le monde "frappe" …tout ça, je l'ai vécu et ressenti! Pourtant, continue!! Ton expérience, tes connaissances, tes outils doivent être partagés!

    Juste une remarque au sujet du "jargon": cela fait des années que tu travailles sur ces thèmes, sur les méthodes d'apprentissage, les neuro-sciences etc…. Quand j'ai suivi ta formation, c'est une remarque que je me suis faite: le contenu n'est pas adapté à tout le monde, du moins, à un prof lambda qui serait intéressé par cette formation. Quand j'ai quitté la classe, comme beaucoup d'enseignants (je pense!!), je n'aurais pas pu suivre la formation "apprendre à apprendre" car je n'avais pas du tout été sensibilisé aux différentes méthodes ou profils d'apprentissages, à la mémorisation, au mind-mapping, etc…je preparais mes cours, je cherchais quel support allait les intéresser, comment j'allais gérer tel pb avec tel élève, comment aider tel élève sur tel point, je tentais de gérer mon stress, mes angoisses…et pas plus! 

    Je sais que tu en es consciente mais parfois, "la tête dans le guidon" ou parce qu'on est tellement à fond dans ce qu'on fait ,on en oublie que c'est pas pareil pour tout le monde, on a du mal à prendre du recul sur le contenu!! (tu vois ce que je veux dire?) Mais c'est un travail très difficile!! J'y travaille moi aussi quotidiennement!

    Mais, je le redis, continue car tu as de bons "outils" qui doivent être connus des élèves !

    1. Merci Christel.

      Je vous remercie pour votre partage d’expérience. Vous décrivez bien comment il m’arrive de tomber dans le piège qui consiste à considérer, même sans le vouloir, que tout le monde sait de quoi je parle.

      Ce n’est pas grave en soi, sauf si ceux qui m’écoutent ne se sentent pas autorisés à me rappeler à l’ordre.

      Je veillerai à l’avoir bien en tête lors de nos prochains échanges et de mes futures formations !

      Merci,

      Hélène

  6. Bonjour Hélène,

    Merci pour ce témoignage et ton authenticité.

    Cela me rappelle une expérience vécue il y a quelques années. J'ai trouvé que les enseignants étaient le pire public. Mais c'est très enrichissant pour nous, cela nous permet d'aller plus loin. Si on veut leur partager des outils pour motiver leurs élèves, on doit être capable de les motiver aussi.

    Aujourd'hui, ce sont principalement des enseignants qui achètent ma formation apprendre à apprendre et ils sont très positifs 😉

    Belle journée,

    Cindy

    1. Merci Cindy.

      Oh oui, il existe énormément d’enseignants enthousiastes, passionnés, créatifs et curieux de découvrir de nouveaux outils et de nouvelles pratiques à expérimenter.

      Je crois que ce sont ceux qui ont perdu le goût de transmettre qui m’intéressent le plus. Un peu comme les enseignants qui souhaitent relever le défi d’intéresser les élèves décrocheurs, afin de leur redonner le goût d’apprendre et de se projeter dans une scolarité qui a du sens.

      A bientôt,

      hélène

  7. Bonjour, je suis formateur de formateur (dans l'armée). Certains sont de nouveaux formateurs stagiaires, non volontaires, affectés à un poste. Certains reviennent aussi en stage d'actualisation, 3 ans après le stage initial.  Obligés, certains sont agressifs. On ne peut rien faire passer. Tout est mal pris. Ils n'ont plus rien à apprendre alors que tout est à réapprendre. Aucune bienveillance entre confrères formateurs. Ils ont l'impression d'etre jugés. Ils sont désabusés, se plaignent des eleves feignants. Cela m'est arrivé de craquer et de hausser le ton. Récemment, nous avons suivi un stage en interne, donné par un indépendant civil (non péjoratif) où nous étions cette fois-ci stagiaires. Les roles etaient alors inversés. J'étais vraiment mal pour lui. Il y avait un refus de participer de la part de mon groupe. Je me suis revu à sa place. Heureusement, il avait du talent (ce n'est que mon avis). Voilà…c'est bien ce manque de bienveillance de la part des formateurs, professeurs que je ne comprends pas. Pour echanger, il faut etre deux. Pourquoi ne pas vouloir entendre le message du formateur,  meme les évidences. Car parfois, il suffit de mettre de simples mots sur ce qu'on sait, mais qu'on ne sait pas bien exprimer et tout devient plus clair. Mais se remettre en question semble difficile pour certains. Ce que demande les formateurs aux élèves…ils ne sont pas capables de le respecter eux-mêmes. On a tellement à apprendre de votre blog et de vos messages.

    1. Bonjour

      Merci infiniment pour votre témoignage.

      Effectivement, une formation suppose une implication mutuelle, du formateur comme des participants. Je vous rejoins, c’est toujours très éclairant d’occuper soi-même la position d’apprenant de temps en temps. Cela remet les choses en perspective.

      A bientôt,

      Hélène

  8. Bravo et merci Hélène pour ce retour et ce partage!

     J'ai lu attentivement votre texte riche d'enseignements. Je ne suis pas sûre que vous ayez fait autant d'erreurs que vous semblez le craindre. Ce qui compte, c'est de faire du mieux possible avec un public qui est différent à chaque fois et qui peut être imperméable avec ou sans agressivité.

    C'est courageux de vous remettre ainsi en question et tellement utile pour vous et pour les autres. En tous cas, vous avez réussi à nous faire réagir et à amener certains de vos lecteurs à se remettre en question.

    En me remettant en question après chaque séance de coaching scolaire, j'améliore ma pratique. Cette habitude de debriefing est pour moi naturelle car elle correspond à mon caractère.

    Patricia Luck, coach en orientation scolaire

    1. Merci Patricia

      Freud a écrit qu’il existait selon lui trois métiers « impossibles » : gouverner, éduquer et psychanalyser.

      Il s’agit effectivement de remettre sans cesse son ouvrage sur le métier. Aucune recette magique ou miracle ne s’applique à toutes les situations. mais c’est également ce qui rend cela passionnant !

      A bientôt,

      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *