Apprendre par le mouvement, Découvrez le BRAIN GYM et ses bienfaits, par Paul Dennison

Présentation du livre :

Le Brain Gym correspond à une série de mouvements simples qui ont le pouvoir extraordinaire de stimuler les fonctions cérébrales impliquées dans le processus d’apprentissage

La méthode développée par Dennison s'adresse ainsi aux personnes rencontrant des difficultés d'apprentissage, mais également à tous ceux qui ont le projet de se sentir en pleine possession de leurs moyens pour apprendre.

Intérêt du livre :

–          L’approche de l'auteur ne se limite pas à l’enseignement de quelques gestes, mais propose une manière de comprendre et exploiter l’ensemble des ressources physiques, émotionnelles et cognitives mobilisées dans tout acte d’apprentissage.

–          Le Brain Gym constitue un outil à la fois facile à pratiquer et très performant.

Limites du livre :

L’organisation des chapitres suit une logique plutôt associative qui ne favorise pas (selon moi…) la clarification du message et de la démarche. J’ai donc opté pour une présentation différente de celle du livre.

 

Chronique et résumé :

 

1-      La découverte empirique : trouver un mouvement-clé pour dépasser une difficulté d’apprentissage particulière (ex : lecture)

Enfant, Paul Dennison fut un élève moyen, rencontrant des difficultés dans l'apprentissage de la lecture et ayant beaucoup de difficultés à s'exprimer en public. C'est le processus de sublimation de cette expérience qui lui a permis de développer son approche :

"J'ai découvert que la douleur de quelqu'un et son talent se situent très près l'un de l'autre au plus profond de soi. (…)Nous devons affronter notre blessure la plus obscure pour découvrir notre talent. Cela a été vrai dans mon cas. De ma blessure est né mon travail, mon message et ma mission : apporter à la société une nouvelle façon d'éduquer nos enfants pour qu'ils puissent apprendre sans échec".

Dennison créa toute une série de centres d'apprentissage de la lecture qui connurent un très grand succès. En observant comment une personne se tenait quand elle lisait, il pris conscience que les blocages et difficultés étaient repérables dans le corps. Par exemple, une proportion significative des personnes qui ont des difficultés à lire sont tendues dans le cou et la gorge. Dennison se donna alors pour objectif de trouver un "mouvement-clé" adapté et spécifique afin d'aider chaque personne qu'il rencontrait à détendre les points de tension et coordonner davantage les mouvements impliqués dans l'acte d'apprendre : la posture générale du corps, le mouvement des yeux, de la main, etc. Les résultats obtenus furent stupéfiants.

 

2-      Le principe du Brain Gym : retrouver son équilibre et dépasser des états de « blocage »

En état de stress, d'anxiété ou de frustration, le corps passe en mode réactif : une partie du cerveau arrête de fonctionner afin de mobiliser l'ensemble de l'énergie disponible pour "survivre". 

Des activités rendues possibles par l'activation des zones les plus tardivement développées du cerveau, comme les lobes frontaux (impliqués dans les activités de mémorisation ou de compréhension), sont immédiatement réduites, voires impossibles à mener. La réaction est alors soit la lutte, soit la fuite.

Ce n'est qu'en restaurant un sentiment de sécurité qu'une personne pourra de nouveau mobiliser ses compétences de manière pleine, entière et cohérente.

Les mouvements du Brain Gym visent à réactiver les zones du cerveau "mises en veille". Ils permettent ainsi de retrouver son équilibre, dépasser les états de blocage, et de se retrouver en pleine possession de ses moyens pour relever les défis et prises de risque que suppose tout nouvel apprentissage.

 

3-      L’objectif de l’éducation kinesthésique : stimuler les ressources d’apprentissage grâce à la mobilisation du corps

Les résultats apparemment miraculeux du Brain Gym ont une base solide dans la science du cerveau et la biomécanique, l'étude du mouvement.

Dennison explique ainsi de quelle façon chaque zone du cerveau est impliquée dans l'acte d'apprendre. Il met en lien les ressources cognitives, les ressources émotionnelles et les ressources sensorielles pour montrer comment le fait de trouver notre équilibre dans chacun de ces trois champs (tête, coeur, corps) nous permet ensuite d'affronter les défis de l'apprentissage en étant en pleine possession de nos moyens.

Le Brain Gym fonctionne en établissant des "voies neurales" pour l'apprentissage : entre l'arrière et l'avant du cerveau (focalisation), entre le haut et le bas du cerveau (centrage) et entre les hémisphères gauche et droit du cerveau (latéralité).

·         La focalisation : se sentir en sécurité dans son corps

De l'arrière vers l'avant : depuis le tronc cérébral (cerveau archaïque), vers le lobe frontal.

La dimension de focalisation (équilibrage entre l'arrère et l'avant) fournit les attributs de notre positionnement dans l'espace : où suis-je ?

Si nous ne nous sentons pas en sécurité dans l'espace où nous nous trouvons, aucune autre forme d'intelligence ne peut se développer.

·         Le centrage : prendre appui sur ses ressources émotionnelles

Du haut vers le bas : signaux émis par le cerveau moyen.

La dimension du centrage (équilibrage au niveau de notre centre de gravité) fournit les attributs de notre relation aux autres et aux objets qui nous entourent : où est-ce, où sont-ils par rapport à mon corps ?

Le cerveau moyen donne un contenu émotionnel au monde qui nous entoure et lui donne ainsi du sens : organisation, connexion, appartenance. 

·         La latéralité : coordonner les compétences des deux hémisphères du cerveau

De l'hémisphére droit à l'hémisphère gauche : relations dynamiques entre les deux hémisphères cérébraux.

Le "cerveau droit" est ouvert à l'expérience senrielle du corps et à la nouveauté : il est intuitif, global et non-linéaire. Le "cerveau gauche" transcrit l'expérience du corps pour la coder, la stocker, la décoder et l'exprimer : il est logique, analytique et séquentiel.

La dimension de latéralité (équilibrage de l'utilisation des deux hémisphères cérébraux, au niveau du néocortex) fournit les ressources nécessaires au codage et décodage d'une expérience physique : quest-ce que c'est ? Que puis-je en dire ?

 

4-      Les gestes du Brain Gym et leurs effets (tableau) 

  Focalisation Centrage Latéralité
Ressources Attention, concentration Gestion du stress

Lire, écrire, parler, penser

Recevoir et exprimer de l'information

Difficultés Incapacité à focaliser son attention Incapacité à se détendre et à se poser Difficultés à s'exprimer, à intégrer et restituer l'information
Mouvements préconisés Flexions du pied

Contacts croisés

Points positifs

Planeur

Pieds sur Terre

Mouvements croisés

Huit couchés

Remodelage de latéralité de Dennison

X

Roulements du cou

Objectifs Prendre conscience des tendons qui nous retiennent en arrière Appaiser son stress pour ne pas répondre sur le mode lutte/fuite Coordonner l'utilisation des deux hémisphères cérébraux pour recevoir et exprimer sereinement de l'information

 

5-      Le plaisir d’apprendre : auto-observation, gestion du stress, définition d’un but

Pour Dennison, le plaisir d'apprendre commence dans le corps : "nous avons besoin de sentir la tension des opposés". Quand nous expérimentons une sensation d'équilibre, nous pouvons reposer sur nos propres pieds (centrage) tout en continuant à développer notre caractère (centrage) et notre individualité (latéralité). Plus on se sent intégré, plus on se sent en sécurité dans les prises de risque que nécessite l'acte d'apprendre.

Et lorsque l'on se sent en pleine possession de ses moyens, apprendre devient un plaisir extraordinaire.

Lorsque nous nous sentons mis en difficulté, nous avons tendance à adopter et nous figer dans des schémas de stress, nous recroquevillant comme pour devenir invisible : vertige, tension musculaire, blocage respiratoire, augmentation du rythme cardiaque, sentiment d'accélération du temps, tandis que la pupille des yeux se dilate, rendant impossible l'accès à la vision périphérique. 

Cependant, lorsque l'on prend le temps consciemment d'observer ce qui se passe dans son corps dans ces moments-là, il devient possible d'envisager les mouvements qui  permettent de retrouver notre équilibre. Nous sommes plus conscients des mouvements reflexes de lutte, de fuite et de blocage qui ne sont pas efficaces pour apprendre.

La définition d'un but

"Ce qui donne mauvaise réputation à l'effort est que, enfants, on attendait de nous que nous fassions de gros efforts sans raison (en tout cas que nous puissions voir ou comprendre). Quand les adultes échouent à entretenir, à la maison ou à l'école, l'intérêt intrinsèque d'un enfant pour l'apprentissage, ils sont obligés de le remplacer par des sources de motivation externes qui perturbent l'enfant au nom de l'éducation. Cette déconexion d'avec notre sens intérieur en matière de projet et de destinée transporte dans l'âge adulte les éléments de la bien connue "crise de la quarantaine", déclenchée principalement par le besoin croissant du coeur de poursuivre ses propres projets insatisfaits."

"Trop souvent, les gens avec qui je travaille prennent le parti de croire que, s'ils ne réussissent pas quelque chose, c'est parce qu'ils ont besoin de faire plus d'effrots encore, de s'autodiscipliner avec plus de fermeté, ou de se promettre à eux-mêmes de plus grandes récompenses. Et si leurs enfants ne sont pas bons à l'école, ils font souvent les mêmes suppositions à leur égard."

 

6-      Le Brain Gym en pratique : le profil de dominance cérébral

Comment comprendre les difficultés d'apprentissage selon la grille de lecture de l'Education kinesthésique ?

Les mouvements de Brain Gym peuvent être pratiqués indépendamment de toute analyse des difficultés spcécifiques de la personne. Ils permettront alors de rééquilibrer les trois dimensions du centrage, de la focialisation et de la latéralité et induiront de fait une amélioration de la réception et du traitement par le corps des informations venant de l'extérieur.

Pour autant, Dennison propose également des éléments d'analyse qui permettent de "diagnotiquer" les états de blocage et les problèmes d'intégration à l'orgine des difficultés d'apprentissage. Il s'agit alors de déterminer le profil de dominance cérébral.

Examen : déterminez votre…

– Oeil dominant

– Oreille dominante 

– Main dominante : droitier ou gaucher ?

– Hémisphère dominant : action ou réflexion ?

Dominance uniforme

Hémisphère gauche analytique : lecture, écriture, orthographe. Concepts logiques et linéaires.

Développement de l'hémisphère droit gestalt : global, ouvert à la nouveauté.

Le champ médian est traversé sans difficulté, pour une exploitation cohérente des deux hémisphères. 

Si l'hémisphère droit n'est pas exploité : stress venant du cerveau gauche (langage, temps, auto-critique). 

Paralysé du fait d'un besoin de perfection.

Hésitation entre la pensée et l'action.

Etat unilatéral : on ne peut faire qu'une seule chose à la fois (lire ou penser par ex).

Dominance mixte L'oeil, la main et la jambe dominant ne sont pas du même côté du corps.

Confusion, désorganisation.

Ex : obligation de "débrancher" l'organe dominant pour gagner en cohérence, mais perte de performance.

Dominance unilatérale Tous les organes dominants sont du même côté, tout en ayant également l'hémisphère dominant du même côté (alors que le système nerveux active l'hémisphère opposé du corps). En état de stress, les personnes se bloquent, incapables de réfléchir et d'accéder simultanément à leur main, leur pied, leur oeil ou leur oreille.

 

7-       L'ECAP : Energie (eau), points du cerveau, mouvements croisés, contacts croisés.

L'ECAP correspond à une action (boire de l'eau) et trois mouvements de Brain Gym qui permettent de rééquilibrer les tensions internes.

  1. Boire de l'eau
  2. Les Points du cerveau (=une main sur le ventre, le pouce et l'indexe de l'autre main massant doucement deux points situés sous les clavicules) : l'objectif est de libérer le mouvement de l'oeil en relâchant la tension des muscles du cou.
  3. Les Mouvements croisés (=lever son genou gauche pour lui faire toucher son coude droit, et inversement en rythme croisé) : l'objectif est de stimuler la coordonnation des hémisphères cérébraux.
  4. Les Contacts croisés (= chevilles croisées, bras croisés contre soi, puis doigts qui se touchent, pieds parallèles) : l'objectif est d'abandonner le reflexe lutte/fuite et de retrouver un sentiment de sécurité intérieure.

 

 

2 thoughts on “Apprendre par le mouvement, Découvrez le BRAIN GYM et ses bienfaits, par Paul Dennison”

  1. Bonjour,

    En savez-vous plus sur les bienfaits réels de la braingym. J’ai lu et entendu beaucoup de choses positives et négatives à son sujet, j’ai trouvé personnellement des bénéfices à faire des petits exercices avant de travailler mais peut-on parler de réels bénéfices à long terme?

    1. Bonjour,

      Je trouve votre question intéressante. Effectivement, j’ai également expérimenté les bienfaits des exercices lorsqu’on les pratique : je me sens plus calme, plus ouverte et mieux disposée.

      Sur le long terme, j’ai tendance à penser que si cela permet de se mettre en condition pour aborder des problèmes en mobilisant davantage ses ressources physiques et corporelles, cela ne donne pas d’outils spécifiques lorsque les difficultés sont d’autres ordres (= cognitifs, relationnels…).

      Il existe assurément des liens entre le corps et l’esprit, mais je pense que la relation avec le thérapeute qui fait pratiquer les gestes y est aussi pour beaucoup dans la résolution des problèmes rapportés.

      Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *