La lecture rapide de Tony BUZAN

 
 

Présentation du livre : Lire 1000 mots/minute, améliorer vos capacités de mémorisation et de compréhension, surmonter les difficultés de lecture, augmenter votre vocabulaire : c’est le projet de ce livre de vous aider à atteindre ces différents objectifs, au moyen d’exercices efficaces et d’explications claires et étayées par de multiples exemples concrets.

Intérêts du livre :
–    Ecriture vivante, illustrée par de nombreux exemples.
–    Des exercices clairs et facilement réalisables, pour une auto-formation efficace.
–    Une méthode qui invite à lire mieux (en plus de lire vite).

Limites du livre : à compléter par les autres livres de Tony BUZAN sur la mémoire, les Mind maps, etc.

La maîtrise de la lecture rapide va révolutionner votre capacité à hiérarchiser et retenir les informations vraiment importantes.

1-    La lecture rapide et votre cerveau

La lecture est au cerveau ce que l’aérobic est au corps : un bon entraînement et des techniques adaptées permettent de surmonter bien des difficultés et de s’améliorer de manière extrêmement significative.

Voici les étapes de formation proposées dans ce livre :
–    Auto-évaluer votre vitesse de lecture
–    Acquérir des techniques de lecture rapide
–    Découvrir des astuces pour transformer vos problèmes de lecture en avantages
–    Etre accompagné pour renforcer vos capacités à vous concentrer, comprendre et sélectionner les informations

Etape 1 : évaluer votre vitesse de lecture

Lisez pendant une minute entière en indiquant vos lignes de départ et d’arrivée.
Compter le nombre de mots sur les trois premières lignes et calculez le nombre moyen de mots/ligne.
Comptez le nombre de lignes lues et multipliez-le par le nombre moyen de mots obtenu à l’étape précédente.
Vous obtenez ainsi : votre nombre de mots lus/minute. C’est votre point de départ.

 

2-    La lecture, comment ça marche ?

Beaucoup d’idées fausses circulent concernant la lecture : on ne devrait lire qu’un seul mot à la fois, une vitesse de lecture moyenne serait normale et constitue donc la meilleure manière d’apprendre, etc.

Ces croyances découlent bien souvent d’une méconnaissance de l’activité même de lecture.

L’œil ne peut voir que ce qu’il fixe, il ne se déplace donc pas uniformément mais effectue une suite de bonds rapides et de pauses.
Un lecteur ordinaire effectue des bonds entre un groupe de mots et un autre, en fixant chacun ¼ de seconde à 1 seconde et demi. Un lecteur très moyen lira un mot à la fois (ce qui multiplie le nombre de bonds sur une même ligne), effectuera des retours en arrière et laissera son regard vagabonder entre chaque bond.
En revanche, un lecteur plus expérimenté absorbera davantage de mots à chaque arrêt, ne fera pas de retours en arrière ni de vagabondage.

 

3-    Les 7 phases de la lecture rapide

La lecture suppose 7 étapes :
1)    L’identification des symboles alphabétiques : le cerveau définit qu’il s’agit bien d’une activité de lecture.
2)    La perception physiologique : les informations perçues par l’œil sont envoyées au cerveau.
3)    L’intégration dans le domaine des connaissances : les informations lues sont mises en relation avec les connaissances mémorisées.
4)    L’intégration au système de référence : les informations sont triées, certaines sont rejetées, d’autres sont intégrées au système de connaissance du lecteur.
5)    L’ancrage : les informations retenues sont stockées.
6)    Le rappel : les informations stockées sont rappelées à la conscience au moment voulu.
7)    La communication : les informations sont mises en lien les unes avec les autres, utilisées en fonction du problème auquel le lecteur est soumis, utilisées à bon escient et transmises à l’interlocuteur.

Chacune de ces 7 étapes peuvent être pratiquées pour que les problèmes qui y sont afférents soient surmontés. D’autres aspects influençant l’activité de lecture comme l’environnement, le moment de la journée, les niveaux d’énergie, la motivation, la santé ou le degré d’intérêt sont abordés dans le chapitre 6.

 

4-    Résoudre les « problèmes » de lecture

Une fois qu’un problème est reconnu, analysé et compris, il se transforme en noyau d’énergie positive que l’on peut utiliser pour créer des solutions.

Quels sont les problèmes régulièrement évoqués concernant la lecture ?
–    La sub-vocalisation : articuler les mots en silence pendant le déchiffrement.
–    Suivre les mots avec le doigt.
–    Effectuer des retours en arrière.

Sachez qu’il est pourtant possible d’atteindre les 2000 mots/minute en sub-vocalisant, et que celle-ci peut être positive pour les dyslexiques, qui se dotent ainsi d’un moyen de mémoriser la forme de chaque lettre en même temps que son son.
Utiliser un guide visuel (le doigt ou autre) est l’un des moyens d’augmenter sa vitesse de lecture. Les retours en arrière peuvent par ailleurs être purement et simplement supprimés sans affecter le niveau de compréhension.

 

5-    Les étonnantes performances de l’œil

L’œil peut capter plusieurs mots à la fois quand il déchiffre une ligne après l’autre.

Réalisez les exercices suivants pour développer votre capacité visuelle (= intégrer davantage de signes en un seul coup d’œil) :
1)    Mesurez l’étendez de votre champ visuel en déplaçant vos doigts vers l’extérieur sur une ligne horizontal puis sur une ligne verticale jusqu’à ce qu’ils sortent de votre champ de vision lorsque vous regardez devant vous.
2)    Regardez avec votre œil intérieur : placez votre doigt sous un mot qui se trouve au centre d’une page de lecture et, tout en vous concentrant sur ce mot central, évaluez le nombre de mots que vous voyez de part et d’autre. Vous verrez que vous avez la possibilité de lire avec votre vision périphérique.

Souvenez-vous que c’est votre cerveau qui lit, et non votre œil, qui n’est qu’un outil de transmission des informations.
Comment booster votre vue ?

Tout le monde peut avoir une mémoire photographique,  le secret est d’apprendre à voir.
Voici 3 techniques de lecture. Il convient de les appliquer dès le départ à une très grande vitesse, sans faire de pauses ni se soucier d’avoir bien compris ce qui a été lu.

La deuxième étape consiste à refaire chaque exercice à vitesse normale : le cerveau s’habitue progressivement à lire plus vite.

1.    Lire deux lignes à la fois
2.    Le balayage variable : absorbez autant de lignes que vous pensez pouvoir le faire en une seule fois.
3.    Le balayage arrière : vous révisez chaque partie du texte en marche arrière.

 

6-    Améliorer votre vitesse de lecture

Vous pensez avoir des problèmes de concentration ? Pourtant, ce n’est pas votre capacité à vous concentrer qui est en cause, mais votre orientation et votre cible.

Les causes d’une mauvaise concentration :
1)    Les difficultés de vocabulaire : ne vous arrêtez pas sur un mot, concentrez-vous sur le sens global du texte.
2)    Les difficultés conceptuelles : concentrez-vous sur le sens général du texte, cela  vous aidera à saisir le concept progressivement.
3)    Une vitesse de lecture inadaptée : loin d’aider le cerveau, une lecture lente ne fait que le ralentir.
4)    Une mauvaise concentration : ne vous laissez pas distraire par des pensées qui concernent un autre sujet. Faites une pause, couchez toutes ces idées parasites par écrit (pourquoi pas sous forme de Mind map) et reprenez ensuite votre lecture.
5)    Une mauvaise organisation : ayez à proximité tout ce dont vous avez besoin (stylo, papier, etc.), fixez-vous un objectif et prévoyez des pauses.
6)    Un manque d’intérêt : employez l’approche « méthode impitoyable » : mettez-vous en colère contre le texte, critiquez, contredisez l’auteur à chaque étape de votre lecture.
7)    Manque de motivation : il est lié au manque d’objectif. Faites le point sur l’intérêt que vous avez à aller au bout de votre lecture et déterminez les objectifs que vous souhaitez atteindre.

Votre cerveau est capable de présélectionner les informations automatiquement. Les deux techniques du balayage et de l’écrémage vont vous permettre d’exploiter cette caractéristique.

Le balayage : c’est une pratique naturelle qui nous conduit à parcourir un texte à la recherche d’une information précise (ex : un mot dans le dictionnaire, un nom dans un annuaire…). Dès que vous saurez à l’avance ce que vous cherchez et que vous aurez compris comment les informations sont organisées, la technique sera simple à appliquer.

L’écrémage : il s’agit de dégager l’idée générale développée dans le texte pour en comprendre les éléments clés.

L’importance de l’environnement
–    Position et intensité de l’éclairage
–    Disposition de vos outils de travail
–    Confort physique
–    Hauteur du siège et du bureau
–    Distance entre les yeux et la page de lecture
–    Position du corps

Le moment idéal
–    Cela dépend de vous : êtes-vous plutôt du matin, du soir… ?
–    Réduire au minimum les interruptions
–    Faites de l’endroit où vous étudiez un lieu idéal pour vous concentrer

 

7-    Maîtriser le vocabulaire

Nous utilisons environ 1000 mots dans la conversation courante alors qu’il existe plus de 3 millions de mots.
Un vocabulaire étendu donne des avantages durant les études, dans la vie professionnelle et en société. 

Comment alors étendre notre maîtrise du vocabulaire ?

Découvrez de quelles façon la connaissance des préfixes, des suffixes et des radicaux nous permettent d'accroître très facilement notre vocabulaire.

–    Le préfixe : ensemble de lettres ou de syllabes qui, placées au début du mot, en modifient le sens. La connaissance de 14 préfixes vous permet déjà d’accéder à plus de 14000 signifiants.

–    Le suffixe : un lettre, une syllabe ou un mot qui, placé à la fin d’un mot, en modifie le sens.

–    Les radicaux

Comment utiliser les préfixes, les suffixes et les radicaux ?
Entraînez-vous à parcourir un dictionnaire ;
Engagez-vous à retenir un mot nouveau par jour ;
Remarquez les mots que vous ne connaissez pas dans les conversations et notez-les ;
Notez mentalement les mots que vous ne comprenez pas mais n’interrompez pas votre lecture pour autant ;
Suivez un cours de vocabulaire ?

 

8-    Mettez le turbo

Première approche :
–    Faites le point de vos connaissances avant de commencer votre lecture (sous forme de Mind map…)
–    Définissez un objectif de lecture
–    Ecrémez d’abord le texte pour en avoir une vue globale
–    Appliquez les techniques de lecture rapide
–    Prenez des notes précises sur le texte pour pouvoir vous y référer par la suite

Tony BUZAN insiste sur la richesse de l’outil Mind map pour faire le point sur ses connaissances, prendre des notes efficacement ou encore améliorer sa capacité à mettre en lien les informations.

 

9-    Evaluez vos progrès

Dans ce dernier chapitre, Tony BUZAN propose au lecteur d’évaluer ses progrès en lisant un texte sur le thème de l’exploitation des ressources de notre cerveau. Différents tests permettent ensuite de mesurer ses capacités de compréhension et de mémorisation des informations.

Si vous souhaitez acheter ce livre, vous pouvez cliquer sur le lien suivant :

Si vous souhaitez approfondir votre connaissance des travaux de Tony BUZAN, vous pouvez également lire les livres suivants :
–    Booster votre mémoire
–    Une tête bien faite

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.