Je vous raconte mes cours (module n°1 : organiser son travail personnel)

Pour savoir à qui je fais cours, pourquoi, comment et pour quoi faire, cliquez ici.

 

Module n°1 : organiser son travail personnel

Mes objectifs pédagogiques :

  • créer une dynamique de groupe,
  • amener les étudiants à comprendre pourquoi ils risquent de rencontrer des difficultés d'apprentissage dans le cadre de leurs études supérieures, 
  • réfléchir à l'importance de structurer son temps de travail hors enseignement.

Mes stratégies pédagogiques 

  • utiliser un jeu de mémorisation pour faire connaissance,
  • faire manipuler les étudiants individuellement pour les amener à prendre conscience des changements entre le lycée et l'université,
  • leur demander de construire un emploi du temps de travail personnel.

Mon taux d'auto-satisfaction (très important !) : plutôt bon, disons 80%

Le nombre de plaintes à déplorer : aucune (jusqu'ici tout va bien).

 

Quand il s'agit de faire connaissance…

J'ai longtemps pensé que le temps de présentation des participants dans un groupe de formation était trop long, fastidieux , ennuyeux et inutile.

Pourquoi se présenter ?

Pourquoi écouter chaque personne raconter sa vie (sachant que pendant ce temps-là, j'étais toujours en train de penser à ce que MOI j'allais raconter pour ne pas paraître stupide devant tout le monde, et que donc je n'écoutais personne…) ?

En tant qu'étudiante ou participante d'une formation, ce temps (infini) pris à faire ce fameux tour de table me paraissait devoir être supprimé de toute urgence.

Dans le cadre de mes premières formations, j'ai néanmoins tenté le coup sous différentes formes possibles : 

La présentation croisée : les participants se mettent par deux, se présentent mutuellement et présentent ensuite en grand groupe la personne avec laquelle ils ont fait leur préparation.

Bilan des courses ? Les présentations sont plus cadrées, mais ça prend un temps fou.

Le jeu de présentation façon speed-dating : toutes les deux minutes, vous changez de partenaire et vous devez vous présenter mutuellement jusqu'au roulement suivant. En grand groupe, chacun énonce ce qu'il se rappelle de la présentation des participants durant le jeu. 

Bilan des courses ? C'est amusant, ça prend moins de temps, tout le monde écoute. C'est néanmoins un peu frustrant parce qu'on n'a pas le temps d'approfondir.

J'ai ensuite décidé de zapper carrément l'étape des présentations.

Bilan des courses ? Terrible. Aucune dynamique de groupe ne se met en place, tout le monde est intimidé (sauf deux ou trois) lorsqu'il s'agit d'intervenir en grand groupe. Personne ne connaît les prénoms de personne. Bref. C'est à éviter.

Je me suis alors demandé comment instaurer une dynamique de groupe qui favorise les interactions (avec moi et entre les participants), qui brise la glace, qui permet de prendre ses marques, et qui dans le même temps permet d'entrer dirctement dans le contenu de la formation en question. 

Et c'est là que je me suis dit que je devais inventer un jeu qui articulerait plusieurs objectifs. 

Dans le cas de ce module d'accompagnement des étudiants : créer une dynamique de groupe assez rapidement ET découvrir une technique de mémorisation ET faire connaissance. 

Comment j'ai procédé ?

– J'ai demandé aux étudiants de répondre individuellement à des questions portant sur le contenu du cours (= projet professionnel, stratégies de travail, etc.).

– Je leur ai indiqué comment réaliser des flash-cards à partir de leurs réponses.

– J'ai redistribué toutes les flash-cards en les mélangeant.

– Je leur ai indiqué comment mémoriser efficacement leurs cartes.

– J'ai organisé un quizz dans le cadre duquel toutes les informations mémorisées concernant chacun devaient être restituées.

Et bien je suis très contente du résultat (après toutes mes tentatives précédentes plus ou moins heureuses…) : ce fut efficace, ludique, tout le monde restait concentré et nous avons pu nous intéresser les uns aux autres.

 

Quand il s'agit de faire face au sentiment de solitude…

Beaucoup d'étudiants dans mon école d'ingénieurs vivent seuls pour la première fois lorsqu'ils arrivent en première année. Beaucoup également ont obtenu de bons résultats sans avoir à fournir beaucoup d'efforts.

L'autonomie dans la vie quotidienne signifie également autonomie dans le cadre du travail personnel hors enseignement. Plus personne ne leur dit d'aller se coucher le soir, de se lever le matin, de se mettre au travail en rentrant ou de réviser pendant le week-end. 

Face à leurs notes de cours, leurs exercices à préparer ou leurs révisions, les étudiants se retrouvent tout seuls. 

Vont-ils parvenir à s'y mettre ?

C'est toute la question.

J'ai conçu un exercice qui permet de cerner les différentes étapes par lesquelles nous devons passer pour nous approprier une nouvelle connaissance. Il met en évidence que si toutes ces étapes étaient guidées au lycée, elles ne le sont plus à l'Université. L'objectif est ici de mesurer le travail et les objectifs d'apprentissage que l'étudiant va devoir assumer seul (ou avec ses partenaires de travail) en-dehors des cours…

 

Quand il s'agit de faire un planning et qu'on n'en a jamais fait…

Pour le cours suivant, je demande aux étudiants de préparer un emploi du temps de travail personnel.

Certains n'en ont jamais faits, d'autres n'en ont faits que pour les révisions du bac. Quelques-uns en font régulièrement et ne pourraient pas s'en passer.

Est-ce indispensable ? Que cela apporte-t-il ?

C'est ce que j'évoquerai au tout début du cours suivant, qui portera sur le thème suivant : "exploiter son potentiel".

 

Le contenu de mes interventions correspond aux 15 modules de ma formation en ligne.

Vous souhaitez prendre connaissance du programme complet des 15 modules ? Cliquez ici

Vous souhaitez accéder gratuitement au module n°1 de la formation en ligne ? Cliquez ici

Vous souhaitez découvrir mes formations en présentiel sur Troyes et Paris ? Cliquez ici

 

Et mon intervention sur le module n°2 (exploiter son potentiel), comment s'est-elle passée ? Cliquez ici.

One thought on “Je vous raconte mes cours (module n°1 : organiser son travail personnel)”

  1. Bonsoir,

    Vous avez écrit beaucoup d’articles depuis quelques semaines et votre livre est sorti (je posterai un commentaire d’ici quelques temps) mais j’avoue que cet article a tout de suite retenu mon attention.

    Je pense en effet que la présentation est super importante de manière general pour au moins deux raisons : c’est a la fois une coutume dans notre société qui permet de mettre en place un discours que l’auditoire va considérer comme cohérent (présentation, intro, annonces de l’évènement sur lequel il y a communication, etc). Mais c’est aussi un moyen de parler d’un sujet commun, surtout pour une population qui vient sensiblement du même milieu sociale, ou au moins de la même classe générationnelle : les étudiants vont pouvoir discuter entre eux de choses qu’ils ont fait par le passé et ça se résume a peu de choses une vie étudiantes : les centres d’intérêts, notamment le sport, les gouts musicaux, cinématographiques, etc. Et deux étudiants peuvent assez rapidement discuter d’un sujet qui les passionne. Et c’est je pense la composante essentielle pour créer un esprit de groupe : partager des centres d’intérêts commun, commencer à connaitre l’autre. C’est dans la connaissance de l’autre que s’instaure une relation particulière, qui va au delà du simple rapport quotidien d’une personne à une autre. Et comme tous les étudiants n’ont pas besoin de tous s’apprécier pour créer une dynamique de groupe, cela marche assez bien.

    A ce propos, si FB (et autres réseaux sociaux) marchent si bien pour créer un groupe (je pensais au revendications syndicales par exemple mais pas seulement en fait), c’est que l’on peut facilement discuter sur un sujet commun qui nous intéresse tous (Bon, il y a clairement l’effet de masse qui joue un rôle bien important dans ce genre de rassemblement…).

    A l’université, j’ai aussi remarqué une chose assez importante à ce sujet. Les professeurs remplaçant un confrères en TD, ne s’étant pas présenté aux groupes d’étudiants et/ou n’étant parfois pas annoncé par le professeur habituel on beaucoup plus de difficultés à capter l’attention des étudiants que se qui se présentes..

    J’aurais bien d’autres choses a dire, je suis de nature bavard sur les sujets qui m’interessent…

    PS : toujours le même humour plaisant « nombre de plainte a déplorer : aucune, jusqu’ici tout va bien.

    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.