Un atelier pour amener les apprenants à devenir acteurs du processus d’apprentissage (outil d’auto-diagnostic)

Comment amener des lycéens et des étudiants à prendre conscience des sources de difficulté qu’ils rencontrent dans le cadre scolaire, et leur donner envie de s’y confronter pour les dépasser ?

J’ai commencé la semaine dernière une formation en ligne pour transmettre à des professionnels les ateliers que j’ai conçus pour apprendre aux lycéens et aux étudiants à apprendre et s’organiser.

Lors de la première semaine, je leur ai demandé de tester un outil diagnostic que j’ai créé pour aider les étudiants à donner du sens à leurs difficultés scolaires.

Les participants étaient assez satisfaits de l’outil, trouvant qu’il permettait de mettre en évidence de manière assez exhaustive les différentes causes de difficulté et les voies à emprunter pour les dépasser, mais que son format restait assez scolaire…

Comment l’utiliser dans le cadre d’un atelier en groupe ? a demandé l’une des participantes.

Voici la proposition à laquelle nous avons abouti :

 

1) Etat des lieux des pratiques

Demander aux participants à l’atelier de se questionner individuellement : qu’est-ce qui vous met actuellement en difficulté dans le cadre scolaire ? De quelle aide auriez-vous besoin ? Sur quels sujets vous sentez-vous démuni et pourquoi ?

L’objectif est d’amener chacun à faire émerger la représentation qu’il se fait des problèmes qu’il rencontre dans le cadre scolaire et des causes qui en sont à l’origine.

2) Auto-diagnostic

Il faut ici transformer le test cité plus haut en jeu de formation : noter chaque proposition à la première personne sur un papier indépendant et glisser tous les papiers dans une enveloppe. Concevez autant d’enveloppes que de participants et donnez en une à chacun. Il faut transformer les propositions pour qu’elles soient à la forme négative, et mettent ainsi en évidence les difficultés rencontrées.

Consigne : sortez tous les papiers de l’enveloppe. Gardez devant vous toutes les propositions que vous pourriez revendiquer et remettez dans l’enveloppe toutes celles qui ne vous concernent pas.

3) L’animateur de l’atelier présente les quatre ensembles de difficultés 

A la suite de ce temps de travail individuel, l’animateur reprend la main et expose les quatre sources de difficulté et leviers de progrès dans lesquels peuvent se ranger les propositions :

  • Capacité à apprendre : se concentrer, comprendre, mémoriser, réfléchir
  • Capacité à s’organiser : se concentrer, définir ses objectifs, hiérarchiser ses priorité, planifier ses tâches
  • Capacité à se motiver : trouver sa place, comprendre ses difficultés, apprivoiser son stress, gagner en confiance en soi
  • capacité à s’orienter : donner du sens à ses projets, définir ses goûts et ses talents, affirmer ses valeurs et se créer des opportunités

Demander aux participants de classer les propositions qu’ils ont retenu en fonction de ces quatre catégories et répondre aux questions éventuelles.

4) Partage en sous-groupe

Les participants forment des groupes de trois et partagent chacun leur auto-évaluation aux autres pendant 5 minutes. La participation se fait sur la base du volontariat pour respecter le besoin d’intimité de chacun.

Bien souvent, ce travail de partage met en évidence pour les participants qu’ils ne sont pas les seuls à rencontrer les difficultés qu’ils rencontrent.

5) Partage en grand groupe

En grand groupe, poser aux participants la question suivante : qu’aimeriez-vous partager concernant cet exercice ? Que vous a-t-il permis de comprendre ? Quels sont vos retours (même critiques) ? Comment l’avez-vous vécu ?

6) Jeu de l’enveloppe pour faire émerger des solutions

Il s’agit ici de faire émerger des solutions aux difficultés évoquées.

Le groupe est partagé en quatre sous-groupes et une enveloppe est distribuée à chacun.

Sur chaque enveloppe est inscrite une question :

  • Comment apprendre de manière efficace (mémoire, compréhension, réflexion) ?
  • Comment s’organiser de manière efficace ?
  • Comment se motiver à travailler ?
  • Comment préciser son projet d’orientation ?

Chaque groupe doit proposer des réponses à la question posée en un temps imparti, les noter sur un papier et le glisser dans l’enveloppe. Il s’agit de faire émerger et de mettre en commun les stratégies déjà employées par les participants, afin de les mutualiser.

Puis les enveloppes sont passées au groupe suivant. Chaque sous-groupe doit répondre à trois questions successivement, sans prendre connaissance des réponses données par les groupes précédents.

Lors du dernier tour, chaque groupe sort de l’enveloppe les réponses proposées par les autres groupes, en réalise une synthèse qui sera ensuite présentée en grand groupe.

L’objectif de cette phase est d’amener les participants, qui ont déjà des connaissances et de l’expérience, de la partager avec les autres.

7) Et ensuite ?

La séance peut se terminer en mutualisant les questions qui restent en suspens : quelles sont les questions qui restent encore sans réponse ? Quels sont les besoins non comblés mis à jour grâce à ces différents exercices ? Comment envisager la suite de l’accompagnement ?

Vous pouvez ensuite proposer de nouveaux ateliers, qui porteront sur chacune des quatre thématiques : apprendre, s’organiser, se motiver et s’orienter.

2 thoughts on “Un atelier pour amener les apprenants à devenir acteurs du processus d’apprentissage (outil d’auto-diagnostic)”

  1. Merci madame Hélène,cet article est important pour le thème de ma recherche.je le consulte et j’en prends des notes.bon courage sur le chemin du savoir.merci encore pour tout ce que vous faites pour nous.

  2. Bonjour Hélène,
    Cette manière de revisiter le test est très intéressante et riche. L’apport de solutions par le groupe est une très bonne idée.
    Merci pour ce partage qui me fait également avancer.
    A bientôt (peut être une prochaine formation…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *