A-t-on besoin de se sentir autonome pour étudier ?

Edward Deci, dans le cadre d’une expérience (1971) impliquant la réalisation de puzzles, a mis en évidence que les joueurs à qui on ne promettait pas de récompense jouaient plus longtemps dans une phase de libre choix.

 

A l’inverse, les joueurs « renforcés » (par une contrainte extérieure de type récompence ou autre) jouaient moins : ils ne jouaient plus pour l’intérêt du jeu (= motivation intrinsèque), mais pour l’obtention d’une récompense (= motivation extrinsèque).

 

D’autres expériences ont confirmé que les stratégies de renforcement (récompenses, contrôle, surveillance, temps limite, compétition…) baissaient la motivation intrinsèque.

 

Edward Deci et Richard Ryan en ont déduit que l’homme a un besoin de se sentir libre et indépendant pour être motivé.

 

En outre, ils pensent également que le sentiment d’autonomie (= auto-détermination) est modulé par deux autres besoins :

  • Le besoin de se sentir compétent.
  • Le besoin d’appartenance sociale : la vie en groupe (famille, école, amis) permet de créer des valeurs qui vont à leur tour influencer la motivation.

 

  1. Lorsqu’un individu est modulé par des contraintes extérieures, ses motivations sont extrinsèques.
  2. Lorsqu’il a choisi lui-même son activité, il a un fort sentiment d’autonomie : ses motivations sont intrinsèques.
  3. Lorsqu’il ne voit plus de relation entre ce qu’il fait et les résultats de son activité, ou que cette activité n’a aucun sens pour lui, il est démotivé.

 

Vous pouvez retrouver le résultat des expériences citées dans le livre de Lieury et Fenouillet intitulé Motivation et réussite scolaire.

 

Lieury A., Fenouillet F., (2013). Motivation et réussite scolaire, Paris, Dunod.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.