Comment stocker des informations dans la mémoire à long terme ?

Dans cette série d'articles, je vous propose de tester différents exercices qui vous permettront de mieux comprendre comment fonctionne votre mémoire.

A chaque étape, je vous présenterai également les techniques de travail concrètes qui conduisent à exploiter efficacement les grands principes mis en évidence. 

Pour construire ces exercices, je me suis largement inspirée du livre de Pascal Lafourcade et Isabelle Le Brun intitulé Comment s'exercer à apprendre ?

Dans le cadre du premier article, je vous ai invité à mémoriser des suites de chiffres.

Si vous ne l'avez pas encore pratiqué, cliquez sur ce lien : comment s'exercer à mieux mémoriser ? 

Munissez-vous d'un papier et d'un stylo.

Faites défiler la vidéo pour pratiquer le deuxième exercice :

 

Première question :  combien de mots de la liste avez-vous retenus ?

Parmis les étudiants que j'ai soumis à ce test, les résultats sont très variables : certains n'ont mémorisé que sept à neuf mots (ce qui est cohérent avec ce que nous savons des caractéristiques de la "mémoire de travail"), d'autres ont été capables de mémoriser jusqu'à douze voire quinze mots.

Et vous ?

Deuxième question : comment vous y êtes-vous pris dans votre tête pour mémoriser ?

– Vous vous êtes répété les mots dans votre tête (= boucle phonologique)

– Vous vous êtes entraîné à revoir les mots dans votre tête (= création d'une image interne)

– Vous avez recopié les mots sur votre feuille et vous vous êtes ensuite souvenu du geste que vous aviez réalisé pour écrire (= mémoire procédurale)

Ces trois stratégies conduisent à s'appuyer sur la mémoire de travail. Or, cette mémoire est limitée et très peu persistante sur la durée.

 

Mais peut-être avez-vous utilisé l'une des stratégies suivantes :

– Vous avez cherché à faire des liens entre les informations : ainsi quand l'un vous revenait, d'autres qui y étaient associés dans votre esprit vous revenaient également.

– Vous avez utilisé l'un des procédés mnémotechniques suivants :

  • vous avez inventez une histoire qui a permis d'associer les mots les uns avec les autres de manière fantaisiste et logique.
  • vous avez créé des versions imagées des mots dans votre tête et vous les avez associés visuellement.
  • vous avez utilisé le procédé mnémotechnique du "palais de mémoire" (que je présente dans cette vidéo).

 

Pour mémoriser la suite de mots suivante, je vous demande d'inventer une histoire, autrement dit, d'associer le plus de mots possibles entre eux en inventant une histoire qui les met en lien dans votre tête :

 

Troisième question : est-ce que le fait d'inventer une histoire vous a permis d'améliorer votre score ?

Si vous vous étiez appuyé sur votre mémoire de travail pour mémoriser la première série de mots, il est quasiment certain que vous avez amélioré votre score dans le cadre de ce deuxième exercice.

Pourquoi ?

Vous vous êtes appuyé sur l'un des grands principes de la mémoire à long terme : le principe des associations.

Pour stocker les informations, le cerveau associe les informations les unes avec les autres. Inventer une histoire vous conduit de fait à associer les informations, ce que vous n'avez peut-être pas fait spontanément pour mémoriser la première liste.

Inventer une histoire conduit également à inventer une succession de scènes insolites, personnelles, parfois drôles. Nous retenons mieux les informations qui dénotent, qui se distinguent des autres et qui sont rattachées à des sensations riches et variées. 

 

Vous faites partie de ceux qui n'ont pas su inventer une histoire mémorable ?

Votre score est demeuré décevant ?

Construire des versions imagées des informations que nous souhaitons mémoriser est une faculté singulière. Nous n'y parvenons pas tous avec facilité, de même qu'inventer une histoire fantaisiste.

Il faut avoir de l'imagination, inventer spontanément une succession d'actions et d'images. certains sont plus à l'aise pour classer, inventorier ou identifier les liens logiques. Nous allons voir que ces compétences va les rendre très performants dans les exercices suivants.

Pour autant, ayez à l'esprit que tous les procédés mnémotechniques vantés par les mnémonistes pour réaliser des prouesses (= mémoriser des paquets de cartes, des suites de chiffres, etc.) s'appuient tous sur cette capacité à créer des images mentales fantaisistes. 

Vous n'avez pas besoin de progresser dans ce domaine pour réussir vos études et mémoriser efficacement dans le cadre scolaire (même si dans certains cas, cela peut s'avérer très utile). Nous allons voir pourquoi.

 

Que la majorité d'entre nous puisse améliorer singulièrement son score dans le cadre d'un exercice comme celui-ci tient au fait que nous nous sommes appuyés sur un autre principe de la mémoire : le principe des associations.

 

Ce qu'il faut retenir :

La mémoire stocke les informations en associant des informations entre elles. Si vous vous donnez pour objectif de repérer les associations logiques qui relient les informations d'un contenu, vous allez de fait améliorer votre capacité à mémoriser ces informations sur le long terme.

 

La suite la semaine prochaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *