Comment utiliser les procédés mnémotechniques pour préparer un exposé oral ?

"Bonjour,

Je vous remercie chaleureusement pour toute l'information que vous nous communiquez et pour la méthode claire et concise que vous utilisez pour cela.

J'ai déjà utilisé la méthode du palais de mémoire avec d'excellents résultats mais je n'ai pas réussi à faire "entrer dans la méthode" la mémorisation et la restitution des mots clés et des idées contenus dans un exposé présenté à un auditoire.

Pouvez-vous m'y aider ?

Merci par avance."

 

Le "palais de mémoire" est un procédé mnémotechnique très efficace qui permet de mémoriser un nombre important d'informations en les associant dans son esprit à des lieux : 

1) vous choisissez un trajet réel que vous maîtrisez parfaitement (ex : le chemin qui rallie votre domicile à la boulangerie).

2) vous repérez sur votre trajet des "réceptacles à souvenir" (ex : votre boîte aux lettres, un lampadaire, le passage clouté…).

3) vous inventez dans votre tête des images mémorables (= drôles, inattendues, colorées…) qui associent votre information au réceptacle à souvenir que vous avez choisi.

4) pour vous rappeler des informations que vous avez stockées selon ce procédé, vous devez refaire votre trajet dans votre esprit : le long du chemin, vous vous retrouverez confronté aux "réceptacles à souvenir" que vous avez choisis, les images que vous avez créées vous reviendront en mémoire…ainsi que les informations associées.

 

Pour une présentation plus détaillée et illustrée du "palais de mémoire", je vous propose de consulter cet article.

Si vous souhaitez mieux comprendre sur quels principes il s'appuie pour être efficace, je vous propose celui-ci : le secret des procédés mnémotechniques

 

Les contraintes du "palais de mémoire"

Le palais de mémoire a pour particularité d'imposer à celui qui l'utilise une manière linéaire d'associer les informations : vous disposez chaque information l'une après l'autre, le long de votre trajet. C'est ainsi que vous pouvez vous retrouver prisonnier de cet ordre imposé au moment de l'utilisation des données stockées :

– vous pouvez ressentir le besoin de reparcourir l'ensemble de votre trajet pour retrouver une information : vous ne parvenez pas à vous rendre dans votre esprit directement où se trouve l'information que vous recherchez parce qu'elle est trop associée à celle qui la précède et/ou à celle qui lui succède.

– vous pouvez vous révéler incapable d'ajouter après-coup une information complémentaire : ajouter un réceptacle à souvenir le long de votre trajet aurait pour effet de complètement bouleverser votre organisation initiale.

– vous pourriez avoir besoin de structurer votre contenu selon une logique qui n'est pas linéaire, ou du moins qui nécessite des parties et des sous-parties : comment procéder ?

 

Utiliser le "palais de mémoire" pour mémoriser et restituer le contenu d'un exposé oral

En réalité, le principe du palais de mémoire peut très bien s'affranchir de l'utilisation d'un trajet pour être efficace.

Car les principes de la mémoire sur lesquel il s'appuie sont les suivants :

– la création d'images mémorables,

– l'association de ces images à celles qui constituent vos "réceptacles à souvenir",

– la localisation de ces images dans un lieu que vous connaissez parfaitement.

Le lieu que vous utilisez peut être fictif et il n'est absolument pas nécessaire qu'il s'agisse d'un trajet. Vous pouvez de ce fait utiliser n'importe quelle représentation visuelle dont vous maîtrisez parfaitement les détails, chaque détail étant susceptible de figurer un réceptacle à souvenir identifié.

Par exemple, vous pouvez utiliser les pièces de votre maison. Dans chaque pièce, vous pouvez stocker des informations dans des placards, sur des étagères ou sur des objets que vous êtes sûr de pouvoir retrouver à loisir.

Lorsque vous irez rechercher vos informations dans votre maison (dans votre esprit), vous n'aurez pas besoin de suivre un ordre de visite imposé, vous saurez quel type d'information se trouve dans chaque pièce, et quelles informations se trouvent associées à chaque "réceptacle" au sein de chacune d'elles.

Un exposé oral se compose de différentes parties et sous-parties. Chaque pièce de votre maison peut "contenir" les informations associées à chacune d'elles. Vous vous affranchissez ainsi de la logique linéaire du trajet.

Il faudra par contre vous entraîner à revoir dans votre tête vos images de manière aléatoire, en cheminant d'une pièce à l'autre au hasard.

Cette tactique peut vous aider à utiliser le principe du palais de mémoire pour mémoriser un exposé composé de parties et sous-parties, mais elle ne résout pas le problème du choix des mots et concepts-clés.

 

Comment choisir les bonnes images pour mémoriser des idées ?

Voici mis en évidence un écueil important en ce qui concerne l'usage des procédés mnémotechniques tels quels à des fins d'apprentissage : comment transformer en images des idées et concepts abstraits ?

Une image est d'autant plus mémorable qu'elle est constituée d'informations bien réelles et surtout très concrètes…ce qui l'éloigne considérablement du registre abstrait.

Lorsque l'on tente de s'approprier un notion abstraite, on s'appuie le plus souvent sur un ou plusieurs exemples, qui peuvent nous aider à nous figurer de quoi il s'agit et nous permettent de nous construire des images dans notre tête, et/ou à convoquer notre expérience pour faire des liens de sens. Mais une notion abstraite ne se réduit pas à l'un de ses exemples. Il faut donc, pour véritablement maîtriser une connaissance, être capable de faire des allers-retours entre l'abstrait et le concret, entre différents exemples, entre ce qui les relie de manière constante, et la notion ou la catégorie qui les rassemble.

Les mots peuvent alors être plus efficaces que les images.

Mais d'une part, les mots ne sont pas mémorisés aussi efficacement que les images (en particulier pour les étudiants de profil pédagogique visuel ou kinesthésique) et d'autre part, le palais de mémoire est bien moins efficace lorsqu'il s'agit d'associer des mots à des images que des images entre elles. Mais alors comment faire ?

Vous pouvez tout d'abord transformer une notion abstraite en image en utilisant un exemple venant l'illustrer. C'est alors cette image que vous allez associer à votre réceptacle à souvenir, tout en ayant clairement à l'esprit qu'il s'agit d'un moyen mnémotechnique pour vous en souvenir et pas l'idée en elle-même. Mais en faisant preuve de vigilance, vous devriez être capable ensuite de retrouver les informations associées.

Vous pouvez aussi vous dire que le palais de mémoire n'est vraisemblablement pas le meilleur outil pour construire et mémoriser un exposé oral…

 

Pourquoi ne pas plutôt faire une mind map ?

Une mind map prend appui sur les même principes de la mémoire que le palais de mémoire pour être efficace : les images, les associations, la localisation des informations. A deux différences importantes près.

1) Une mind map ne s'appuie pas sur un cadre d'organisation réel pour stocker les informations (= trajet, représentation visuelle…). Il s'agit là d'une qualité extrêmement significative du palais de mémoire : vous vous servez d'informations structurées que vous maîtrisez déjà parfaitement pour leur associer de nouvelles informations que vous souhaitez mémoriser.

2) Une mind map s'accommode très bien de l'usage direct de mots et concepts-clés, la création d'images n'est pas obligatoire. 

L'avantage selon moi de la mind map sur le palais de mémoire en ce qui concerne la préparation d'un exposé oral est qu'elle vous invite à structurer vous-même l'organisation de votre présentation, à sélectionner les mots-clés pertinents et à opérer des liens logiques entre les informations. Ces différentes démarches sont essentielles lorsque l'on prépare un exposé : une mind map vous contraint à les réaliser, pas le palais de mémoire.

 

Si vous souhaitez commencer à vous familiariser avec l'outil "mind map" et son utilisation, vous pouvez consulter la présentation suivante : Les Mind maps. Vous pouvez également vous reporter à tous les articles sur ce sujet dans la catégorie "techniques utiles".

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.