La métaphore du cours de bricolage : ce qui change vraiment entre le lycée et l’université

"Mais pourquoi est-ce que vous ne réussissez pas mieux que ça ??!!?" dit le prof à bout de nerf à ses étudiants.

Les étudiants échangent des regards méfiants.

"Non, ne répondez pas, j'ai déjà la réponse" ronchonne le prof écoeuré.

A ce moment-là, les étudiants ont un regain d'espoir : nous aurait-il compris ? Va-t-il enfin s'apercevoir que le problème, c'est LUI ?

VOUS NE TRAVAILLEZ PAS SUFFISAMMENT.

La sentence tombe comme un couperêt.

Le doigt pointé au hasard de l'amphi, il désigne la molesse, le poil dans la main, les "branleurs" qui pensent que "faire le minimum" leur permettra une fois encore de "passer dans l'année supérieure".

Et bien non. L'hypocrisie s'arrête là.

Dès la première année d'études supérieures.

Vous pensiez que faire les choses à moitié vous ouvrirait toutes les portes jusqu'à la fin de votre vie ? C'est ici que ça s'arrête.

Evidemment, il faut plusieurs mois à la plupart des étudiants pour le réaliser. Et la prise de conscience est douleureuse.

Pourtant, les signes annonciateurs arrivent très vite…

Les cours qui s'accumulent sur le bureau. Les exercices de TD que l'on ne cherche même plus à préparer avant la séance. La copie blanche au partiel.

Et maintenant ?

Les profs sont persuadés que les étudiants sont des feignasses irrécupérables.

Les étudiants sont écoeurés d'être traités si mal.

Et l'amertume grandit tout au long de l'année…des deux côtés.

 

Ce qui change entre le lycée et la première année d'université

 

Au lycée, le prof alterne dans le cadre du cours entre :

– la présentation d'un contenu théorique (notions, concepts, théorèmes, définitions…),

– des exercices d'application (pour que les élèves envisagent tout de suite l'usage concret qu'ils pourront faire des apports théoriques),

– des réponses aux questions des élèves (qui peuvent commencer à dénouer d'emblée leurs difficultés de compréhension et donc maintenir leur attention).

Une fois que les exercices d'application sont maîtrisés, des exercices plus difficiles sont donnés à la maison. L'élève a la possibilité de prendre le temps nécessaire à leur résolution.

Les exercices "difficiles" sont en général des exercices-types qui seront reposés au contrôle, et à l'examen du Bac.

 

A l'université, le cours comprend la plupart du temps :

– la présentation d'un contenu théorique.

– Et ? C'est tout.

Très peu d'exemples. Très peu d'exercices d'application. Pas ou très peu de réponses aux questions (car très peu de questions sont posées dans un amphi qui regroupe 250 personnes).

Dans le cadre des séances de TD, il n'est pas possible de balayer l'ensemble des exercices-types qui pourraient requérir l'utilisation de tous les apports théoriques vus en cours.

 

La métaphore du cours de bricolage

 

Voici comment les étudiants vivent les cours de première année à l'université…

Imaginons qu'ils suivent une UV de bricolage.

En cours d'amphi, on leur présente chaque outil avec un degré de précision tout à fait nouveau pour eux, mais sans les aider à envisager sur le moment l'usage concret qu'ils pourront en faire :

– Là, vous voyez, c'est un marteau. Il s'agit d'un outil composé d'une tête en fer et d'un manche. Il a été inventé en telle année…

– Voici maintenant une clé à molette : il s'agit d'une clé pourvue d'une molette actionnant une crémaillère permettant le réglage de l'écartement des mors.

Etc.

Après deux heures, les étudiants sont pourvus d'une liste "interminable" d'outils dont on leur a défini l'usage mais qu'ils n'ont pas encore appris à utiliser, même pour des opérations très simples.

Ils tentent alors de préparer les exercices de TD :

Le cours leur a semblé tellement théorique, dense et abstrait qu'ils n'ont pas su comment le travailler en prévision du TD.

Ils ont l'impression qu'il y a tellement d'informations et tellement de choses à savoir, qu'ils ont renoncé très vite à essayer d'y voir plus clair.

Jusqu'en Terminale, leurs enseignants les ont toujours guidés dans cette appropriation du contenu théorique. Ils se disent donc que les choses vont s'éclaicir d'elles-mêmes en TD.

Ils arrivent en TD sans avoir préparé les exercices ("impossibles") et sans avoir appris leur cours ("incompréhensible").

Si l'enseignant de TD "explique bien", ils peuvent néanmoins commencer à faire des liens entre les outils qu'on leur a présentés en cours et leur utilisation concrète : ils ressortent ainsi très satisfaits d'avoir appris, par exemple, à clouer une planche.

Puis arrive l'examen.

Ils ont révisé à fond le clouage de planches.

Le plantage des clous est nickel.

Sauf que là, on leur demande de réaliser une double-étagère avec espace-télé intégré.

 

Où est le bug ?

 

De la définition du marteau au clouage de la planche, et du clouage de la planche à la double-étagère, les étapes d'apprentissage sont innombrables.

Au lycée, ces différentes étapes sont franchies pas à pas avec l'aide de l'enseignant.

A l'université, c'est l'étudiant qui doit s'appuyer sur ses propres ressources pour les franchir.

 

En cours, l'étudiant doit :

– Organiser la masse d'informations qui lui est transmise,

– Sélectionner et trier ces informations,

– Faire des liens entre elles,

– Et envisager leur usage concret.

 

Chez lui, l'étudiant doit :

– Trouver des exercices d'application simples,

– Travailler à les maîtriser,

– Organiser ses connaissances pour être capable de les utiliser dans différents contextes,

– Faire des liens entre le cours et les exercices qui lui sont posés en TD.

 

En TD, l'étudiant doit :

– Apprendre à maîtriser des exercices souvent complexes,

– Comprendre les notions et concepts utilisés au-delà du contexte de l'exercice (afin de les repérer dans un autre type d'exercice).

 

En prévision de l'examen, l'étudiant doit :

– Apprendre à maîtriser tous les exercices vus en TD,

– Comprendre les notions du cours indépendamment des exercices,

– Rechercher et apprendre à maîtriser des exercices qui n'auraient pas été vus en TD mais qui demandent d'utiliser les notions vues en cours.

Toutes les notions vues en cours n'ont pas été nécessairement abordées en TD. Elles peuvent cependant être requises au moment de l'examen.

 

Et les profs dans tout ça ?

 

Cette description du système universitaire est quelque peu extrême (mais quelque peu seulement). Beaucoup d'enseignants ont tout de même à coeur d'accompagner au mieux leurs étudiants dans l'acquisition des connaissances qu'ils transmettent.

Il demeure que le système d'enseignement lui-même induit un changement radical qui met beaucoup d'étudiants en difficulté.

Au lycée, l'enseignant prend d'une manière générale beaucoup plus le temps d'aller à la rencontre des élèves pour les aider à s'approprier les connaissances.

A l'université, ce sont les étudiants qui doivent trouver comment cheminer, seul (ou mieux, en groupe), pour franchir les étapes de compréhension incontournables pour obtenir leurs UV.

Plus vite ils comprennent le travail personnel qu'ils vont devoir fournir, plus vite ils peuvent rechercher les moyens de s'adapter et donc favoriser leurs chances de réussite.

Je m'attacherai à présenter plus précisément ces différents "moyens" dans de prochains articles. Mais vous pouvez d'ores et déjà consulter les articles de la rubrique "techniques utiles" pour en appréhender certains.

 

 

 

2 thoughts on “La métaphore du cours de bricolage : ce qui change vraiment entre le lycée et l’université”

  1. Bonjour,
     
    En cet fin d'après-midi, en cet fin de semestre, en cette fin d'année, en cette fin de parcours presque obligatoire pour continuer, en cette fin…
     
    Ces analogies… Ces métaphores…
     
    J'ai lu cette article, j'ai vu avec quels efforts vous essayez de répondre aux interrogations des étudiants. J'ai réflechi à cet article, plusieurs idées me sont venues à l'esprit. "Oui, c'est vrai, c'est tout à fait ça…", "Oui, c'est vrai, mais…", "En fait, …", "Pas vraiment…", "Qu'est ce que ça défini vraiment ? Un bon étudiant ? Aux yeux de qui ? des professeurs ? des étudiants ? d'un productivisme qui nous fait vouloir toujours avoir plus d'étudiants qui sortent diplomés ?"
     
    En tous les cas, si l'on veut réussir ses UV, c'est surement une bonne méthode, peut être même la bonne méthode si l'on veut de bons résultats.
     
    J'ai d'abord voulu répondre à cet article en faisant la métaphore d'un cours de création de cygnes en origami modulaire, pour en arriver au fait qu'il fallait une organisation solide pour que tout le monde ne fasse pas n'importe quoi… En passant par la critique d'une organisation des UV pafois un peu boiteuse, de professeurs qui ne s'écoutent pas, d'un modèle inachevé… et puis je me suis dit que, encore une fois, j'allais m'emporter, dire que tout était à refaire… Alors qu'au fond, même si les scenarii imaginés au départ ne sont pas totalement respectés, Nous en sommes tout de même proches. 
     
    J'ai hâte de voir ce qui fera changer les mentalité… des uns… et des autres…

    1. Bonjour Maxime,

      J’apprécie beaucoup votre cheminement « vers davantage de sérénité ».
      Je suis moi-même en train de me dire qu’après tout, si mes cours ne sont pas parfaits, ce n’est pas si grave après tout…

      Il faut effectivement trouver le bon équilibre entre le perfectionnisme acharné (qui nous enferme parfois dans cette illusion que l’idéal et le parfait seraient du domaine du possible) et le laxisme revendiqué (puisque cela ne sera jamais parfait, pourquoi faire le moindre effort).

      Cet écart entre ce que les étudiants attendent et ce que les profs donnent est aussi ce qui permet aux étudiants de cheminer, de progresser et de découvrir les ressources qu’ils ont en eux-mêmes.

      Le changement des mentalités est peut-être effectivement ce qui a le plus d’intérêt. Que nous arrêtions tous d’imaginer que la perfection est exigible, partir de là où nous en sommes et cheminer tranquillement vers…vers quoi ?

      A chacun de le déterminer pour lui-même.

      A bientôt,
      Hélène Weber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.