Prof démotivée… (témoignage d’Amandine ROZET)

Cette semaine, je partage avec vous un article écrit par Amandine Rozet, enseignante de Français langue Etrangère en Turquie, coach scolaire, hypnothérapeute.

Amandine est passionnée de pédagogie. Elle nourrit un enthousiasme immense pour l’accompagnement des élèves et étudiants en difficulté. Et pourtant, elle a été (comme nous tous finalement) confrontée récemment à une démotivation insidieuse face à des étudiants résistants à toutes ses idées novatrices pour stimuler leur envie d’apprendre…

Comment en a-t-elle pris conscience ? Qu’a-t-elle appris sur elle-même ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Amandine ROZET :

Avez-vous déjà ressenti de la colère envers vos élèves ? Avez-vous déjà pensé qu’ils étaient incompétents, immatures et paresseux ?

Moi oui. Il y a seulement quelques semaines de cela…

burnout-2176063_1920

Que s’était-il passé alors qu’auparavant j’étais super motivée ? Que je voulais transformer ma manière de donner cours, innover, utiliser les nouvelles technologies (TIC), et même changer l’école de fond en comble ? Que je passais des heures à préparer, corriger, essayer de penser à tout en donnant toute mon énergie dans cette tâche (attention, burn-out en vue!) ? Certes, les étudiants ne semblaient pas toujours contents mais d’une part je pensais qu’on n’était pas là pour être « contents » et d’autre part des moments de grâce existaient. Je pensais que le temps leur permettrait de s’habituer à ma façon de faire.

Je n’avais pas tort mais voici cependant ce qui est arrivé : j’ai lu les retours de certains étudiants mécontents. Et oui, en fin de semestre, dans mon établissement, les élèves peuvent formuler des critiques (positives et négatives) sur leurs professeurs. Et ce, de manière anonyme….(Evidemment) ce sont surtout les étudiants mécontents qui écrivent:  « cours ennuyant », « prof barbante », « cours inutile », « cours trop difficile », « trop de devoirs », « on ne sait pas ce qu’on fait là » etc.

démotivé

Je vous laisse imaginer ce que j’ai pu ressentir mais pour vous donner une idée c’était un mélange de colère (« ils n’ont rien compris », « ils ne feront rien de leur vie »), de suspicion (« qui a écrit cela ?! »), de tristesse (« tous ces efforts pour rien ! ») et d’incompréhension («je suis sympa pourtant ! »). Mon « mojo » est descendu à toute vitesse. Pour gérer cela, je me suis donc « retirée émotionnellement » de mes classes (c’est-à-dire que pendant un moment j’ai fait le minimum requis) histoire de réfléchir calmement. J’aime bien être mon propre cobaye et analyser ce que je vis, ressens etc;-)

Les feedbacks ou retours des élèves: une chance

D’abord, n’est-ce pas une chance d’avoir un feedback sur mes cours ? C’est la première fois que ça m’arrive, hors formation pour adultes. Si on veut transformer l’école, n’est-il pas important d’avoir l’opinion de ses principaux utilisateurs, les élèves ? Certes, ils sont jeunes, n’ont pas le recul nécessaire, sont immatures, ne se rendent pas compte des heures de préparation, agissent sous le coup de l’émotion et sont souvent injustes….mais cette jeunesse c’est ce qui fait aussi leur force (on le voit dans les manifestations pour la planète).

Et la vérité, d’après mon expérience (classes mais aussi réunions de profs, réunions d’associations etc) c’est que les feedbacks négatifs sont ceux qui peuvent nous permettre de nous améliorer.

Accueillir les critiques et les examiner

Souvent, les gens qui prennent cette posture critique, ne mâchent pas leurs mots, qui sont « cash » sont les mêmes  qui voient les dysfonctionnements d un projet ou d’une situation. Ils ont l’air de ces mouches de coche qui tournent autour de nous et nous dérangent, mais je suis persuadée qu’ils sont là pour nous montrer ce qui ne va pas (la merde, dans le cas de nos amies les vaches), à condition qu’on le veuille bien! (cela me fait penser au mot « coach » qui a la même étymologie que « coche » 😉 ). Et à ce titre, ces personnes et leurs critiques peuvent être précieuses.

mouche de coche

A nous de voir ce qu’on va faire de ces « mouches de coche » et de ce qu’elles pointent. Comment accueillir les critiques sans les prendre personnellement mais comme des occasions de developpement? Pour commencer, je suggère de les examiner attentivement et objectivement.

insect-807923_1280

Dans un second temps, nous verrons comment transformer les critiques en défi et comment se faire confiance.

Et vous, vous arrive-t-il de perdre votre motivation suite à des critiques ou à la démotivation de vos élèves ?

La suite de mes réflexions et de ce que j’ai mis en place pour retrouver ma motivation en tant que prof en suivant ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.