Quel étudiant êtes-vous ?

Il n'y a pas si longtemps encore, je pensais que si je trouvais le moyen d'expliquer avec précision et enthousiasme ce que je voulais faire passer aux étudiants, tous sans exception comprendraient et s'intéresseraient.

J'imaginais qu'enseigner était une affaire de "mots" et de motivation.

Si j'étais passionnée, si je trouvais la tournure de phrase adéquate, si mon contenu était exposé suffisamment clairement, je pourrais transmettre n'importe quoi à n'importe qui.

Et pourtant…

Les étudiants, les cours et les années passant, j'ai continué à me heurter à des incompréhensions, du désintérêt, de l'insatisfaction et de la démotivation.

J'avais beau expliquer plus et mieux et redoubler d'énergie pour communiquer mon contenu avec passion, rien n'y faisait. Certains étudiants continuaient à regarder par la fenêtre, à attendre que j'aie le dos tourné pour consulter l'horloge de leur portable ou à m'observer le regard éteint.

Et si je leur posais la question ?

Il y a quelques années, j'ai enseigné la psychologie sociale dans deux institutions en parallèle : le mercredi matin, je dispensais un cours "d'introduction à la méthodologie de recherche en sciences humaines et sociales" à des étudiants en première année de cursus de psychologie, et l'après-midi, je donnais un cours de "psychosociologie des organisations" à un groupe d'adultes en formation continue qui préparaient un DUT de Gestion "petites et moyennes organisations".

C'était le jour et la nuit : le matin, le groupe était dissipé et j'avais l'impression de lutter pour obtenir l'attention. L'après-midi, les étudiants étaient tellement studieux et concentrés, qu'il m'est arrivé de perdre le fil de ce que j'étais en train de leur raconter (véridique).

Dans mon TD de méthodologie, je devais accompagner les étudiants dans l'élaboration d'un travail de recherche en sciences humaines. J'abordais donc des sujets relatifs à l'élaboration d'une question de recherche, d'un questionnaire, des biais relatifs aux questions posées, etc.

Et puis j'ai eu une idée

Afin de donner une illustration concrète de la manière de concevoir une question et d'en exploiter les réponses, j'ai décidé de soumettre les étudiants à une question de mon cru dont je leur décortiquerais ensuite les résultats.

Et voici la question que je leur ai posée : "Quelles sont pour vous les qualités d'un bon enseignant ?"

Mon idée était de faire ressortir les principales préoccupations des étudiants vis-à-vis de leurs profs : qu'attendaient-ils de nous ?

Et bien je n'ai pas été déçue.

Ils attendent TOUT. Mais quand je dis tout, c'est vraiment tout.

Je vous propose de consulter la synthèse que j'ai faite des résultats obtenus (en cliquant sur le lien) : "Les qualités d'un bon enseignant".

Quelles conclusions ai-je tirées de ce questionnaire ?

Dans les premières années, la préoccupation de la majorité des étudiants est afférent au lien privilégié qui se noue avec l'enseignant : sommes-nous à leur écoute ? Avons-nous à coeur de comprendre leurs difficultés particulières pour les aider à les dépasser ? Se sentent-il en confiance, respectés et pris en considération ? 

Avons-nous par ailleurs le souci de les intéresser à ce que nous avons à leur dire ?

Avons-nous des compétences en matière de gestion du groupe, afin de maintenir une ambiance propice au travail ?

Enfin, sommes-nous pédagogues ? Nos exemples sont-ils pertinents ? Savons-nous "expliquer" pour qu'ils comprennent ?

Armée de ces informations complémentaires, je me suis donc attachée à m'améliorer…

Mais je réalisais petit à petit que beaucoup de choses m'échappaient encore…

Avez-vous déjà essayé de faire boire un âne qui n'a pas soif ?

Pour mieux comprendre mes étudiants, il m'arrive souvent de m'appuyer sur ma propre expérience. J'ai donc essayé de déterminer ce qui stimulait ou non mon intérêt dans le cadre des enseignements que je suivais moi-même.

Pour ma part, il faut que je puisse rapidement envisager l'utilité de ce que j'apprends : quel est l'intérêt du cours ? Va-t-il m'apporter des réponses nouvelles aux questions que je me pose ? Est-ce que je parviens d'emblée à envisager un usage concret du contenu transmis ?

Si l'enseignant m'amène à me questionner, il y a toutes les chances pour que je m'intéresse à ce qu'il me dit.

Et vous, quelles sont vos préoccupations lorsque vous êtes dans une situation d'apprentissage ?

Car les préoccupations que je vous décris, ce sont les miennes. Or, nous avons tous tendance à considérer que les autres pensent et ressentent les choses comme nous…

Une fois encore, j'ai découvert qu'il n'en était rien (je me rends bien compte à quel point cela paraissait bien naïf de ma part de penser cela…).

Comment comprenons-nous ?

C'est en découvrant les livres du pédagogue Antoine de la Garanderie que j'ai découvert la notion de "profil pédagogique". J'ai alors pris conscience qu'il ne suffisait pas de "bien expliquer" pour que tous les étudiants comprennent.

Parfois, il faut aussi "montrer".

Et d'autres fois encore, il faut "faire vivre une expérience" pour qu'un message soit réellement perçu et compris.

Je pouvais donc expliquer, réexpliquer et expliquer encore, certains étudiants resteraient toujours plus ou moins hermétiques à ce que j'avais à leur "dire".

Et après ?

Découvrir tout cela m'a conduite à revoir du tout au tout ma manière d'enseigner.

J'ai voulu alors construire mes contenus pour essayer de toucher tous les étudiants, quelles que soient leurs préoccupations et quelles que soient leur manière de comprendre.

Et cela a donné des résultats passionnants.

Depuis l'année dernière, je consacre même un cours entier à la question des "profils pédagogiques", pour amener les étudiants à mieux se connaître et ainsi trouver des stratégies d'apprentissage qui leur correspondent.

J'ai également conçu un module de formation à destination des enseignants de mon Université, afin qu'ils découvrent ces notions de "profil de compréhension" et de "profil de motivation". J'ai voulu pour ce faire concevoir une intervention qui serait une illustration de son contenu (pour appliquer ce que je disais "en live").

Mais je ne vous en dis pas plus…

Ce module s'intitule "Quel étudiant êtes-vous ?" et il est accessible gratuitement via la page des formations en ligne de ce blog ou en cliquant ici.

Il n'est sûrement pas parfait. C'est la raison pour laquelle j'attends vos retours avec impatience !

6 thoughts on “Quel étudiant êtes-vous ?”

  1. Pourquoi partir du postulat que l'étudiant/l'élève.le formé,… attende forcément quelque chose du cours ? C'est effectivement un schéma plus "simple" (mais pas simple !) et plus rassurant : l'élève attend ça, il faut que je me débrouille pour lui fournir ce qu'il attend tout en lui délivrant le contenu que je juge important à transmettre. En tant qu'élève ou étudiante,  il m'est arrivée plusieurs fois d'être dans une position où je n'attendais strictement RIEN d'un cours. Je me disais que c'était un contenu mystérieux, auquel je ne comprenais RIEN, et qu'il fallait simplement que je m'accroche pour faire partie des initiés. Mes attentes se construisaient, se clarifiaient au fur et à mesure du cours.
    Je n'ai pas de réponse à tes questions, mais je ne suis pas sûre que ton point de départ (les attentes des étudiants) crée vraiment une relation satisfaisante d'enseignant/enseigné. On est un peu dans une relation de service, non ? Et pourtant, on n'est pas dans une relation clientéliste ! Le souci, c'est que beaucoup d'étudiants n'ont pas d'attentes ou en ont trop,  ce qui revient au même.

    1. Coucou Anne,

      Comme tu as raison !

      Je me reconnais d’ailleurs complètement : j’ai suivi beaucoup de cours vis-à-vis desquels je n’avais strictement aucune attente. Je n’avais même aucune idée de ce dont il allait être question (du genre la phénoménologie ou la psychométrie en DEUG).

      Et c’est vrai qu’aujourd’hui, mon premier projet en tant qu’enseignante est d’amener les étudiants à se poser des questions. Si j’y parviens, c’est qu’une curiosité commence à émerger et qu’une attente commence à poindre.

      Après, je pense que l’on peut envisager les choses un peu différemment. Parfois, la seule « attente » des étudiants est de valider leur année, obtenir des notes correctes aux examens et passer dans l’année supérieure. Cela n’a pas grand chose à voir a priori avec le contenu effectif de l’enseignement, mais c’est déjà un point de départ. Quelles sont les stratégies pour donner « ce qui est attendu » ?

      Evidemment, cela peut nous frustrer dans la mesure où nous aimerions susciter un intérêt préalable pour ce que nous avons à raconter. Mais ce serait passer à côté, comme tu le soulignes, du cheminement complexe de l’apprentissage et des préoccupations des étudiants qui varient tout au long de leur cursus.

      A bientôt,

      Hélène

  2.  
     
    Bonjour,

    J'ai regardé votre formation, et je pense qu'il y a quelques petites choses à
    revoir. Je crois qu'il faudrait faire une formation plus "je vous prends par la
    main"… Parce que lire des Powerpoint en PDF, c'est pas super pratique… =/

    Mais sinon, j'ai trouvé ça assez intéressant, même si in fine ça ne donne
    pas énormément de réponses. Mais c'est prometteur, j'aimerais bien savoir de
    quoi parlent les futures formations.

    En tout cas, bonne chance pour la suite, j'aime beaucoup votre site, c'est bien
    écrit et ça m'est utile pour mes études.

    Lemeb
     

    1.  
       

      Bonjour,

      Je vous remercie beaucoup d’avoir pris le temps de me faire ce retour.
      Je retiens avec attention qu’effectivement, « lire un pdf » n’est pas très agréable. Je verrai comment faire différemment la prochaine fois.

      J’aimerais beaucoup ensuite discuter avec vous de ce que vous avez trouvé dans ces documents qui vous a paru « assez intéressant » et de ce qui vous a frustré. L’objectif était de vous amener à prendre conscience que la façon dont on vous fait cours n’est pas forcément adaptée à votre manière de comprendre et à vos préoccupations quand vous étudiez.

      Avez-vous pu mieux définir quels sont vos profils de motivation et de compréhension ? Comprenez-vous davantage ce qui vous manque ou ce qui vous réussit en fonction des profs que vous avez ?
      Quelles sont les question auxquelles vous aimeriez avoir des réponses ?

      au plaisir d’échanger à nouveau avec vous,
      Hélène

       
  3.  
     
    En fait, j'ai trouvé la formation intéressante dans la mesure où ça permet de déterminer son profil d'apprentissage, mais la formation est organisée sous la forme d'un patchwork de ressources diverses, avec assez peu d'unité, ce qui nuit à la compréhension. D'autant que j'avais l'impression de ne pas avancer très vite… Il vaudrait mieux faire une formation interactive (je sais que ça demande beaucoup de temps et de l'argent).
     
    Mais sinon, j'ai réussi à définir mon profil d'apprentissage, mais ça me parait peu pour analyser complètement mes expériences scolaires. A la fin de la formation, j'étais un peu en mode "Tout ça pour ça…". C"était assez frustrant.
     
    En gros, j'ai eu l'impression que c'était un bon début, mais que ça ne pouvait pas prétendre avoir la forme finale parce que la formation n'était pas assez "fluide" (je ne sais pas si je m'exprime bien), rapide. Pas assez efficace.
     

    1. Bonjour,

      Effectivement, les documents correspondent à ceux que j'ai construits dans le cadre de la formation que j'ai dispensée aux enseignants de mon université. L'objectif était de les amener à prendre conscience de ces notions de profils de motivation et de comprenhension, afin d'appréhender différemment les problèmes de transmission et d'attention qu'ils rencontrent avec les étudiants.

      Par exemple, repérer que certains étudiants ont besoin d'avoir une explication verbale pour comprendre permet de mieux cerner pourquoi ils ne comprennent pas alors qu'on leur a fait et refait l'exercice "devant leurs yeux", schémas à l'appui.

      Ce que je comprends en lisant votre commentaire, c'est que les préoccupations des étudiants sont ailleurs. Et c'est bien normal. Si je suis étudiant, savoir que je suis "auditif" ne m'aidera pas à mieux comprendre mon prof de physique qui ne fait que me "montrer" les choses. J'aurais plutôt besoin que l'on m'aide à trouver les moyens de m'adapter, afin de traduire ce qu'il me montre dans la "langue mentale" qui me correspond.

      Ce module, pour les étudiants, génère donc beaucoup de questions…

      à suivre…

      A bientôt,

      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *