Comment réaliser des fiches de révision qui vous soient vraiment utiles ?

L'une de mes étudiante m'a récemment expliqué qu'elle avait beaucoup fait évoluer sa technique de réalisation de fiches de révision tout au long du premier semestre. Elle n'avait jamais fait de fiches avant sa première année d'études supérieures. Car il est vrai que cela prend du temps, que l'on n'en voit pas nécessairement spontanément l'intérêt et que d'autres manières de travailler semblent a priori plus efficaces…

Pourtant, un certain nombre de changements entre le lycée et la première année d'école d'ingénieur l'amena à modifier son opinion.

Premièrement : beaucoup plus d'informations à mémoriser.

Deuxièmement : des cours beaucoup plus compliqués à comprendre.

Troisièmement : deux à trois examens seulement par semestre, balayant une large partie du programme et comprenant beaucoup d'exercices à traiter en seulement deux heures.

Quatrièmement : des exercices traités en TD qui ne permettent pas d'utiliser tous les outils à connaître.

Il a donc fallu qu'elle adapte sa méthodologie de travail pour : comprendre mieux, mémoriser plus efficacement et réfléchir plus vite en situation d'examen.

 

Certaines fiches de révision sont inutiles…

Elle s'est décidée à faire ce que tout le monde semblait faire pour réussir : des fiches de révision.

Mais à quoi ressemblaient ses fiches et quelles informations y compilait-elle ?

1) Elle reprenait ses notes de cours…

2) …renotait les titres et sous-titres du plan proposé par l'enseignant…

3) …et indiquait au sein de chacun les définitions, formules et théorèmes abordés.

 

Son objectif consistait ensuite à mémoriser ces "résumés".

Le problème…c'est qu'il y a un problème avec ce type de fiche. Lequel ?

 

Pour comprendre un contenu ("vraiment" le comprendre), il faut se poser des questions, faire des liens entre les informations et anticiper l'utilisation concrète que l'on pourra en faire.

Or, ce type de fiche vous amène à "en faire le minimum" concernant ces différents objectifs : vous pouvez recopier les informations citées sans vous poser aucune question, et mémoriser des informations sans avoir aucune idée de la façon dont vous pourrez les utiliser ensuite…

Pendant plusieurs semaines, c'est pourtant la stratégie qu'employa l'étudiante dont il est question. Les cours se succédaient, son nombre de "fiches" augmentait, mais elle n'était pas satisfaite du résultat.

"Cela m'a pris un temps fou" me dit-elle. "Pourtant, une fois que j'avais réalisé une fiche, je ne comprenais pas mieux, et je n'avais pas spécialement envie de la mémoriser".

 

Le problème n'est pas la "fiche", mais la méthode pour faire la fiche

Une méthode efficace doit vous "obliger" à réaliser les opérations mentales qui vont servir vos objectifs.

Si vous voulez comprendre un contenu, il faut que votre méthode vous "oblige" à vous questionner, à faire des liens et à anticiper l'usage concret des informations.

Si vous voulez mémoriser plus efficacement, il faut que votre méthode vous "oblige" à exploiter les principes de la mémoire pour les mettre au service de la mémorisation de votre contenu.

Si vous voulez réfléchir de manière plus efficiente, il faut que votre méthode vous "oblige" à structurer, ordonner et mettre en lien vos connaissances. 

 

Mon étudiante changea alors sa manière de procéder. 

Elle abandonna sa première approche et s'en construisit une nouvelle sur la base de ce dont nous avions parlé concernant la mémoire, les profils pédagogiques, la compréhension et la réflexion.

 

Dans son commentaire de l'article "Faut-il nécessairement faire des fiches de révision pour réussir ses examens ?", Frédérique explique que sa propre technique, pendant ses études, consistait en priorité à se poser les deux questions suivantes :

– Quels sont les objectifs de l'enseignement ? Pourquoi nous demande-t-on de savoir cela ?

– A quoi cela va-t-il m'être utile ?

Cette démarche est ce qui lui permet aujourd'hui de faire le lien entre ce qu'il a appris pendant ses études et son activité professionnelle…alors que beaucoup de ses collègues, qui n'ont révisé au dernier moment que pour obtenir la note minimale à l'examen, n'ont plus aucun souvenir de ce qu'ils ont appris.

 

Maxime explique pour sa part :

– Qu'il ne fait des fiches que l'orsque le nombre d'informations à retenir est important. Il s'agit donc explicitement d'un outil favorisant pour lui la mémorisation.

– Que pour chaque "outil" du cours (définition, formule, théorème…), il fait le lien avec les applications possibles : à quelle question cette information permet-elle de répondre ? Quels sont les exercices dans le cadre desquels je l'ai utilisée ?

Il ajoute également une considération importante : pour faire des fiches "utiles", il faut d'abord avoir une vue d'ensemble du contenu. Cela permet de hiérarchiser les informations selon leur importance, et de mieux les comprendre, progressivement.

 

Comment avoir envie de reprendre ses fiches pour les mémoriser ?

Une fiche de révision est avant tout un outil permettant de réactiver facilement les informations en vue de les mémoriser. Mais elle peut également vous aider dans le cadre du processus de compréhension.

Pour les concevoir, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes :

– Les flash cards

– Les Mind maps

– Les fiches "contenu", "méthode" et "problème"

 

Je vous encourage également à découvrir les Mind maps réalisées par Floriane, ainsi qu'à lire son témoignage dans le cadre des commentaires. 

2 thoughts on “Comment réaliser des fiches de révision qui vous soient vraiment utiles ?

  1. Bonjour,

     

    Je souhaite faire un semestre d'étude à l'étranger d'ici un an ou deux. Pour quasiment tous les pays où je souhaite aller, il faut un niveau minimum au TOEFL que je n'ai pas. J'ai toujours eu du mal avec l'anglais (et l'espagnol aussi), j'ai retenu par coeur du vocabulaire à mes débuts (certains sont restés, d'autres sont partis). Mais j'ai beaucoup de mal à la mémorisation de ces mots de vocabulaire. J'ai fait beaucoup de grammaire ensuite, c'est ce qui m'a beaucoup aidé à "mieux écrire le français". Je n'irais pas jusqu'à dire que j'apprécie faire de la grammaire, mais…

    Je n'ai pas le choix, il faut que je progresse.

    Je vais essayer simultanément plusieurs "méthodes" :

    * le vocab (et les expressions) via les flash cards ;

    * la grammaire via un bouquin de grammaire anglais (si j'en trouve un -.-) ;

    * lire des journaux anglais (on dit de lire ce qui nous interesse (la science ?) mais le vocab n'est pas vraiment le plus interessant pour se débrouiller tous les jours ;

    * essayer d'aller sur des forums, des sites en anglais (mais sans conexion, ça ne va pas être évident). Et surtout regarder des séries en anglais (américains), type TBBT ou ce que l'on a pu me passer.

     

    Je reviendrais pour dire ce qui a marché, et ce qui n'a pas marché.

    1. Bonjour Maxime,

      C'est un très beau projet !

      Que votre expérience ait été concluante ou pas, envoyez-moi votre texte avec vos analyses pour que je le publie dans un article à part entière.

      A bientôt,

      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *