Testez le potentiel du procédé mnémotechnique du « palais de mémoire » pour mémoriser des informations

L'été dernier, je vous ai proposé six vidéos pour découvrir différents procédés mnémotechniques :

  1. Le "palais de mémoire"
  2. Le Grand système
  3. Les flash cards
  4. Une technique pour mémoriser les noms associés aux visages
  5. Le système Personne-Action-Objet
  6. Les Mind maps

​J'aimerais maintenant vous faire tester l'intérêt de l'un d'entre eux que je trouve particulièrement efficace : le "palais de mémoire".

 

Première étape : le test du "Burger de la mort"

 

Connaissez-vous le jeu télévisé "Burger quizz", qui est passé quelque temps sur une chaîne cryptée et était animé par Alain Chabat ?

Des personnalités du monde du spectacle faisaient équipe avec les candidats et chaque binôme devait répondre à des questions choisies. Le candidat gagnant la première manche avait alors accès à la dernière épreuve (celle où il pouvait gagner la voiture ou le voyage…), justement nommée le "Burger de la mort".

Je me souviens que j'essayais systématiquement, devant ma télévision, de tenter ma chance…mais je me plantais à chaque fois. Les candidats qui parvenaient à relever le défi et à le remporter obtenaient donc instantanément mon éternel respect.

De quelle épreuve s'agissait-il ?

  • Le présentateur posait 10 questions très simples au candidat, à la suite les unes des autres.
  • Ensuite, le candidat devait restituer ses réponses, de mémoire, dans l'ordre où les questions lui avaient été posées. 

Il s'agissait de questions très simples, du genre "dans quelle ville habitez-vous ?" ou "combien d'enfants avez-vous ?". La difficulté de l'exercice reposait sur le fait de devoir mémoriser ses réponses pour les restituer dans l'ordre.

Pour commencer, je vous propose donc, sans filet, de vous soumettre à un premier "Burger de la mort".

Voici un document audio dans lequel je vous pose une première série de 10 questions. Ecoutez-le avec l'objectif de mémoriser vos dix réponses. Je vous demanderai ensuite de noter vos dix réponses sur une feuille (prévoyez vos "outils" avant de démarrer l'enregistrement…) et je vous indiquerai ensuite à nouveau les questions afin que vous puissiez noter combien de bonnes réponses vous avez obtenues avant votre première erreur.

En effet, dans cet exercice, l'odre des réponses est important. Si vous obtenez 4 bonnes réponses, puis une réponse erronnée, et encore 5 bonnes réponses, vous n'obtenez que 4 points. Ce sont les bonnes réponses avant la première erreur qui comptent.

Vous êtes prêt ?

Ecoutez le premier des deux enregistrements suivants :

 

Deuxième étape : vous familiariser avec le procédé mnémotechnique du "palais de mémoire"

 

Le principe du "palais de mémoire est le suivant" :

– Vous commencez par "visualiser dans votre tête" un trajet réel dont vous maîtrisez parfaitement le déroulé : par exemple, la visite de votre logement (l'entrée, le salon, la cuisine, la salle de bain…) ou le trajet qui vous conduit de chez vous à la boulangerie (votre entrée, la rue, le passage piéton, vous passez ensuite devant le fleuriste…).

– Le long de ce trajet, vous devez identifier ce que nous allons appeler des "réceptacles à souvenir" : un objet (une table, le canapé, un réverbère…), un endroit précis (la cuisine, une rue, un couloir…).

 

Cette première étape doit être réalisée avec beaucoup de soin

– Vous allez devoir "créer des images dans votre tête", il faut donc que les images "réelles" dont vous allez vous servir soient très précises dans votre esprit. C'est l'une des conditions pour que ce procédé mnémotechnique fonctionne.

– Prenez donc le temps de noter les dix étapes de votre trajet sur une feuille. Ensuite, fermez les yeux, et parcourez plusieurs fois votre trajet en vous arrêtant devant chaque réceptacle à souvenir.

 

Lorsque j'ai réalisé cette expérience avec mes étudiants, je leur ai demandé à tous de se servir du même trajet. Il s'agissait de traverser l'université en s'arrêtant dans des lieux qu'ils connaissaient :

1- le restaurant universitaire,

2- la cafétéria,

3- l'accueil,

4- la bibliothèque,

5- le hall,

6- le foyer des étudiants,

7- le BDE,

8- l'escalier montant au premier étage,

9- la salle de cours où nous étions

10- et la salle informatique.

 

Il s'agit d'un exemple. A vous maintenant de définir le "palais de mémoire" qui vous convient le mieux, en prenant soin de maîtriser parfaitement votre séquence et de "revoir" sans difficulté vos réceptacles à souvenir le long de votre trajet.

 

C'est fait ?

 

Deuxième étape : créer de toute pièce des "images mémorables".

Voici comment vous devez vous y prendre :

– Je vais vous poser la première question.

– Vous allez devoir "déposer votre réponse" dans le premier réceptacle à souvenir qui se trouve sur votre trajet en créant une image dans votre tête qui l'associe à celui-ci…

Par exemple

Je vous demande "quel âge avez-vous ?"

Si votre trajet était celui que j'ai décrit au sein de l'université, votre premier "réceptacle à souvenir" serait le restaurant universitaire… quelle image pourriez-vous inventer qui va vous amener à associer le resto U à votre âge ? Il faut en plus que ce soit une image "mémorable" : drôle, exagérée, insolite, colorée, etc.

 

Vous pouvez par exemple imaginer que l'on vous fête votre anniversaire : vous êtes attablé, tous les étudiants sont debout en train de chanter et le nombre de bougies sur le gâteau que l'on vous apporte correspond à votre âge…

Vous pouvez imaginer que le resto U est devenu très sélectif, et que l'on vous demande votre carte d'identité à l'entrée pour vérifier votre âge…

Vous pouvez encore vous imaginer un pot de peinture à la main, en train de tracer les chiffres de votre âge en rouge vif sur le mur…

Etc.

 

Surtout, ne faites pas l'erreur de composer une image passe-partout, du genre, une personne vous demande votre âge…vous aurez alors tendance à renouveler ce même procédé pour toutes les questions, en ayant du mal par la suite à retrouver ce que cette image avait de mémorable…

 

Une fois que votre "image" est précise, vous n'avez pas besoin de vous la "répéter" ou de la revoir dans votre tête plusieurs fois. Vous pouvez passer à la deuxième question, aux deuxième arrêt de votre trajet et à l'image suivante que vous devez créer. Vous vous apercevrez à la fin de l'exercice que vos images vont vous revenir beaucoup plus facilement que vous ne l'imaginez…

 

Si mes explications n'ont pas été assez claires ou que vous avez besoin d'un peu plus d'exemples, jetez un oeil à cette vidéo : le palais de mémoire.

 

Troisième étape : le deuxième "burger de la mort"

 

Afin de tester l'efficacité du "palais de mémoire" pour mémoriser des informations, je vous propose maintenant un nouveau "Burger de la mort" (reprenez votre feuille et votre stylo et faites défiler maintenant le deuxième enregistrement) :

 

Notez maintenant dans un commentaire ci-dessous le résultat que vous avez obtenu au premier "Burger de la mort", suivi du résultat que vous avez obtenu au deuxième :

– Quelles sont vos impressions ?

– Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

– Pourquoi ce procédé mnémotechnique vous a-t-il paru efficace (ou pas) ?

 

38 thoughts on “Testez le potentiel du procédé mnémotechnique du « palais de mémoire » pour mémoriser des informations”

  1. Bonjour,
    Je viens de me tester: j’ai obtenu 2 à la première épreuve, 10 à la seconde…
    Effectivement, ça marche! Il faut en effet visualiser des choses  » frappantes » afin qu’elles soient mémorables. Je n’ai pas éprouvé de difficultés particulières pour y arriver. Je remarque que je n’ai pas nécessairement mémorisé la réponse elle-même: par exemple, pour le nombre de frères et sœurs, je n’ai pas mis en scène le chiffre 3, mais j’ai imaginé mes frères et soeurs assis dans un fauteuil. De même, pour Marylin, je n’ai pas retenu le prénom, mais j’ai imaginé son portrait sur le meuble de ma salle à manger…

    Par contre, des questions me viennent sur l’usage de ce procédé:
    Si un étudiant veut s’en servir, peut-il réutiliser le même trajet pour différentes matières à étudier, ou devra-t’il s’en créer des différents à chaque fois?
    Pour quelles matières recommanderiez-vous cette technique? Serait-elle plus efficace pour certains domaines? Serait-il possible de la mettre en œuvre pour retenir une démonstration de math par exemple?
    Dans le Burger de la mort, je ne devais retenir qu’une info par « pièce « de mon trajet. Pourrait-on imaginer stocker plus d’infos à chaque emplacement?

    Je vous remercie pour votre site et… pour votre réponse!
    Françoise

    1.  
       

      Bonjour,

      Vos questions sont essentielles. Oui, ça marche (et encore, pas pour tout le monde…)…et maintenant ?

      J’ai eu dans un premier temps la même réaction concernant le procédé mnémotechnique du « Grand système ». Oui, ça fonctionne très bien pour mémoriser des suites de chiffres aléatoires…et après ? Comment appliquer cela aux apprentissages scolaires et universitaires (dans le cadre desquels il est tout de même rarement demandé de mémoriser des suites de chiffres) ?

      Je viens de finaliser la rédaction d’un livre qui sera publié en septembre 2013 aux éditions Eyrolles, dans lequel je prends le temps de répondre de manière approfondie à vos différentes questions (j’en reparlerai sur le blog au moment de sa sortie). Mais je ne vais pas vous faire attendre 7 mois pour vous donner une réponse.

      Ce qui me paraît le plus important, c’est de comprendre ce que ce procédé mnémotechnique nous révèle concernant le fonctionnement de notre mémoire :

      – Ranger ses connaissances lorsqu’on les mémorise nous permet de les « retrouver » plus facilement. Si vous vous êtes répété dans votre tête vos réponses la première fois, vous avez dû vous rendre compte que vous n’aviez ensuite aucune « stratégie » pour les retrouver…

      – Nous mémorisons beaucoup plus efficacement lorsque nous associons une information « connue » avec une information « inédite ».

      – Lorsque nous parvenons à créer dans notre tête des images qui ont du sens, nous nous en souvenons facilement.

      En synthèse, cela devrait inviter les étudiants à structurer leurs connaissances, à faire des liens entre de nouvelles informations et ce qu’ils savent déjà et à donner du sens aux informations (notamment en visualisant leurs connaissances).

       

      Quel peut être néanmoins l’usage appliqué que l’on peut faire du « palais de mémoire » ?

      Il est particulièrement indiqué quand un étudiant doit mémoriser des suites de données qui n’ont pas forcément de liens logiques entre eux : les planètes du système solaire, les présidents de la 3e république, les départements français…

      En géographie, le bon « palais » sera une carte que l’on s’entraînera à revoir dans sa tête par exemple. En anatomie, on parcourra le corps humain pour créer une image associée à chaque muscle ou à chaque os…

      En mathématiques, j’ai tendance à penser que si l’étudiant a « donné du sens » aux différentes étpaes de la démonstration, il aura construit les liens logiques lui permettant de « ranger » efficacement les informations à mémoriser. Qu’en pensez-vous ?

       

      Oui, je pense qu’il est possible de retenir plusieurs infos par « pièce » en vous appuyant sur un autre principe de la mémoire : le principe d’agrégation (j’en parle notamment dans le cadre de la présentation du système PAO).

       

      J’espère que ces quelques éléments de réponse vous aideront,

      A bientôt,

      Hélène

      ps : j’aborde également tous ces points dans le cadre des fiches-méthode sur la mémoire que vous pouvez retrouver sur la librairie du site.

       
  2. Bonjour,
    Je trouve ce procédé vraiment très intéressant, je vous avoue que je me souviens encore des réponses au burger de la mort que j’ai pourtant réalisé il y a un mois!
    Je me pose la question suivante: j’aimerais utiliser cette technique pour la mémorisation de l’orthographe d’usage. Avec mon fils de 10 ans, j’utilisais déjà les images mentales pour fixer l’orthographe de certains mots:  » accrocher » par exemple: je lui demandais de fermer les yeux et de voir le mot avec deux gros crochets à la place des  » c ».
    Mais comment utiliser les images mémorables pour des mots moins faciles, comme  » gazouiller » par exemple, où rien dans le mot n’est clairement utilisable pour fabriquer une image mémorable pour mémoriser les difficultés?
    Auriez-vous des pistes à me donner?
    Merci beaucoup et belle journée.
    Françoise

    1. Bonjour Françoise,

      Dans le cas que vous décrivez, c'est essentiellement le fait de créer une image associée à une information à mémoriser qui est opérant (davantage que le fait de ranger ces images le long d'un trajet). 

      Vous mettez ici en évidence une difficulté spécifique à l'utilisation des procédés mnémotechniques : comment "inventer" des images mémorables ? Car finalement, la limite qui s'oppose à nous n'est que celle de notre imagination. Qu'en pensez-vous ?

      Parfois, les images nous viennent spontanément, parfois non. Dans le cas du Burger de la mort, un certain nombre de mes étudiants ne parvenait pas à inventer suffisamment rapidement et précisément des images marquantes le long de leur trajet. Plus l'image est "pauvre", moins on s'en souvient…

      La question serait alors : comment développer nos capacités en matière de créativité ?

      Voici les pistes que je vous propose :

      – Connaissez-vous le site potiondevie.fr ? L'auteur donne plein d'exemples très parlants qui illustrent la façon de mémoriser des informations en utilisant la spontanéité de son imagination. Regardez par exemple cette vidéo dans laquelle il explique comment il a mémorisé tous les os du squelette humain.

      – Je propose sur ce site aux abonnés le résumé du livre de Joshua Foer Aventures au coeur de la mémoire. L'avez-vous lu ? Si cela vous a donné envie de lire le livre dans son intégralité, vous verrez comment l'auteur s'est confronté au même problème que vous, et comment il l'a dépassé. En fait, on en revient toujours à exploiter les mêmes principes : humour, couleur, mouvement…

       

      A bientôt,

      Hélène

      ps : pour le mot "gazouiller", pourquoi ne pas imaginer un bébé qui gazouille en zozotant parce qu'il a un cheveu sur le langue (pour ne pas oublier le "z"), et qui a sa couche toute mouillée (pour la fin du mot)…

       

      1. Bonjour, merci pour votre réponse qui me donne de nouvelles pistes. Il est vrai que, pour moi, il faut peut-être plus d'imagination pour créer des images pour focaliser la mémorisation d'une orthographe particulière que pour mémoriser une réponse au burger de la mort ou des données plus sémantiques.

        Je vais de ce pas me rendre sur le site que vous me conseillez. 

        Par contre, je n'ai jamais réussi à obtenir le résumé du livre de J. Foer… Je suis pourtant abonnée à votre site et ai déjà fait la demande du résumé… Je m'y suis peut-être mal prise? Dans ce cas, que dois-je faire?

        En tout cas, un grand merci pour votre aide!

        je vous souhaite une belle journée

        Françoise

  3. Bonsoir
    Je me suis fait un palais mental,c est le couloire des sal de math de mon college
    Chaque piece corespond a la matiere (svt histoire…) je vien tout juste de me servir de mon palais pour un controle en svt
    Voici m as methode :
    Je rentre par le portail de mon college (tout est mentale ce que je decri ^^) pui je vois un homme avec un t schirt flache orenge decus il y a marquer « vertebrer,tetrapode,mamifere,primate,homimoide »,ensuite je me dirige vers le couloire de mathe , la 1er portes a gauche c est l svt le numero de porte corespond au nombre d espece connue soit 1 749 577 puis au pas de lz porte il y as une aitre info etc ..
    Est ce une bonne mthofe ?? Merci pour la reponse 🙂

  4. Je suis impressionnée par l’efficacité de ce procédé, j’ai obtenu 6 au premier test, et 10/10 au deuxième, sans aucune hésitation et avec une grande rapidité !

  5. Bonjour,

    Je cherchais un site web qui expliquait comment utliser la technique du Palais mental et il semblerait que je l'ai trouvé. Avec votre premier test, j'ai essayé de mémoriser les 10 termes lors des deux essais à ma façon. Résultats assez moyens.

    Quand j'ai appliqué votre méthode, je dois dire que j'étais assez surpris de la facilité à me souvenir des dix réponses et je suis parvenu à faire du 100% aux deux essais.

    Je pense que cette méthode est très efficace et encore merci pour ce petit guide qui, au passage, est très simple à comprendre tout en étant assez drôle.

  6. 8 à la première, 10 à la deuxième cela étant dit, j'utilisais déjà au premier essai une technique semblable au palais mental, ce qui fait que j'ai pu corriger sans même réentedre les questions l'oubli de la question qui m'avait valu les deux points, et ce en quelques secondes.

    Mon erreur m'as rendu plus assidu à la deuxième tentative et, en appliquant la même technique, j'ai pu effectuer le sans faute.

    Je préfère dans mon cas me construire une histoire, dans laquelle j'incruste les mots clès. J'ai toujours plus ou moins fonctionné comme ça dans mon apprentissage, ce qui fait que quand je recherche dans ma mémoire je m'imagine plus un livre ou je cherche la bonne page. 

    Ma méthode me convient, et part du même principe (du moins je pense). Mais est-elle aussi efficace que celle que vous présentez? Sinon, quelle limite peut elle avoir?

     

    1. Bonjour,

      La technique de l’histoire est excellente et vous semblez très bien la maîtriser. Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s’agit d’inventer une histoire qui permet d’inclure toutes les informations à mémoriser. La logique de l’histoire permet de retrouver les informations lorsque l’on se déroule ensuite l’histoire dans la tête.

      En réalité, elle utilise des procédés similaires : création de liens logiques (mêmes s’ils sont fantaisistes) entre les informations, création d’images mémorables, localisation des informations, etc. La seule différence que je vois, c’est que vous n’associez pas les nouvelles informations à des informations qui sont déjà inscrites dans votre mémoire à long terme. Dans le palais de mémoire, le principe de base est de se servir d’un « palais » que l’on connaît déjà parfaitement et dont on maîtrise tous les détails. Associer le nouveau avec le connu est l’un des principes essentiels du fonctionnement de la mémoire. C’est ce qui fait que longtemps après, en parcourant à nouveau votre palais, vous pouvez facilement « revoir » dans votre tête ce que vous y avez stocké.

      A bientôt,

      Hélène

  7. Bonjour ,

    J'ai obtenu 7 au premier essai (en inversant les réponses 8 et 9 et en ayant la 10 juste).

    Or, je me susi retrouvée bloquée lor du deuxième test cr ayant répéé la chaine de mot en boucle la prmeière fois (ma méthoe pour m'en souvenir), et bien je me souvenais de la chaine et mon trajet je n'ai pas pu l'utiliser puisque les réponses je les avais déja en tête.

    Es ce que c'est parce que je ne me suis pas assez concentrée ? Ou est ce qu'avec des question différentes cela marche ?

    Merci

    1. Bonjour Alice,

      Dans le cadre du deuxième test, il faut cliquer sur le deuxième lien. Je vous pose alors des questions différentes.

      Est-ce ce que vous avez fait ?

      A binetôt,

      Hélène

  8. Bonjour,

    Je connaissais déja la méthode du palais de mémoire en arrivant sur le site, et je cherchais juste un exercice d'application. Celui que vous proposez est à la fois simple et efficace; du reste, les explications que vous donnez le sont tout autant ! J'aurais juste une question: comment faut-il faire pour que des informations que l'on veut mémoriser de façon définitive quittent le statut d'associations, pour entrer dans la mémoire permanente ? Faut-il simplement les reparcourir un certain nombre de fois ? Merci.

    1. Bonjour,

      Vous avez tout compris. Aucune information ne peut s’inscrire dans votre mémoire à long terme si vous ne la réactivez pas. Tony Buzan propose de revoir les informations au rythme de une fois au bout de 2h, 24h, une semaine, un mois et 3 mois.

      A bientôt,

      Hélène

  9. 4 au premier 9 au deuxième, mais s'il y avait eu un chrono  j'aurais eu 3 au deuxième , j'ai mis un temps fou à me souvenir de la question numéro 4 (je ne dévoile pas la question mais l'image que j'avais choisi était curieusement apparue immédiatemment et très en relation avec le sujet  sans "effort" d'imagination de  ma part ,après impossible de m'en souvenir, et je m'en suis tiré en me souvenant de la question) pour le reste , à part la 10 que j'avais mal mémorisée, c'était très rapide.

    merci

    Nicolas

  10. Bonjours, je venais de construire mon 2eme palais mentale quand j'ai vue votre post. Vous m'aidez beaucoups. Je cherchais justement un moyen de memoriser un second endroit et ceci est un exelent exercice pour y parvenir… Je n'y avait pas penser. Je vous en remerci

  11. Bonjour,

    J'ai obtenu 2 au premier test puis 4 au deuxième. Mon analyse: je n'ai pas noté sur papier mon trajet, et quand j'ai passé le test, eh bien "je me suis perdue en chemin", je ne savais plus à quel endroit je devais m'arrêter et la question suivante est arrivée, mon image mentale ne s'est pas fixé à un lieu de mon trajet.

    Du coup, j'ai recommencé le test, en définissant mieux le trajet et où je devais m'arrêter et c'est vrai que ca marche beaucoup mieux!

    Merci pour vos partage, bonne journée

    Sandrine

  12.   Bonjour!

     Merci pour cette méthode, je suis sûr qu'elle va finir par marcher même si pour le moment, j'obtiens 4 au premier test et 0 au second! Pour moi la principale difficulté, c'est que la rapidité des questions ne m'a pas permis d'inventer des images mémorables; je trouvais juste le temps de déposer l'objet de la réponse à l'emplacement convenu, une seule brosse à dent sur une des marches de l'escalier du salon; le nom d'Amsterdam dans la boite aux lettres pour me souvenir des Pays-Bas, etc Mais c'est une question d'entraînement, je pense y arriver assez tôt en tout cas je vais certainement continuer!

  13. Bonjour. 

    J'ai obtenu 5 point au premier test, et 10 points au deuxième. Mais je voudrais améliorer exponenciellement mes facultées de mémoire, et développer mon Palais mental le plus vite possible. 

    J'ai 23 ans, je parles 5 langues et j'ai un QI de 145, mais je me trouve néamoins incomplet, j'ai besoin de plus de capacité pour accumuler plus de connaissances et m'en rappeler dès que j'en ressent l'envie ou le besoin. 

    Pouvez vous me donner plus d'indications? 

     

    Merci. 

    Danyl Østeinsson.

    1. Bonjour,

      Pourquoi souhaitez-vous accumuler davantage de connaissances ? Avez-vous un projet spécifique en tête ou est-ce pour le plaisir d’exploiter au maximum votre potentiel ?

      Je vous conseillerais la lecture du livre de Joshua Foer intitulé « Aventures au coeur de la mémoire ». Vous verrez qu’il synthétise toutes les recherches qui concerne la mémoire pour la développer au maximum. Mais il interroge également le but que l’on recherche.

      A bientôt,

      Hélène

  14. ma difficulté? les remettres dans l'ordre… Mais j'y suis arrivé, malheureusement je n'ai étais que jusque 8 reponse, mais c'est dejà bien pour une première fois… ahah

  15. Ce procédé est efficace non seulement pour mémoriser mais également pour ordonner. Il faut vraiment s'habituer à son palais mental, le mien est tout frais (mon appartement). Le problème rencontré, c'est que j'ai vraiment du mal à faire des images originales, faciles et rapides à mémoriser. Mais je suppose que ça viendra avec le temps.

    Pour info j'aurais pu faire 10 au premier essai mais pas moyen de me rappeler de la 7e question, mon score est donc de 6. Pour mon deuxième essai, 10 avec une difficulté à me rappeler de la dernière question.

    PS: c'est vraiment efficace, à la fin de la rédaction de ce commentaire, je me rappelais encore des 10 questions de la 2e série. En revanche, juste les 4 premières questions de la première série.

  16. Bonjour, 

    Les ouvrages que j'ai lu précédemment sur la méthode des loci ne m'avaient pas beaucoup aidé. Avec les conseils dispensés dans votre livre, j'ai su facilement et efficacement l'utiliser.

    Encore une fois merci.

  17. Merci beaucoup premier test 2 puis 10au second puis ayant attendue environ 30mn j'ai tester de remarquer les réponses du PREMIER test puis après vérification je me souviens de tout, même des 20 réponses sans les confondres encore merci pour les simulations

  18. Scores : 3 au premier test, sans faute au second, c'est vraiment violent ! Merci pour votre pédagogie, vous donnez effectivement envie de jouer avec ces astuces mémorielles.

     

  19. Et dix bonnes réponses au second test! Il faut bien se souvenir de la question posée. J'ai rencontré une difficulté avec la question relative au nombre de brosses à dents possédées. Pour cela j'ai visualisé une brosse à dent flottant dans un lac, celui-ci étant le réceptacle à souvenir. La réponse exacte à la question est donc "une" (sous-entendu brosse à dents). Lorsque j'ai transcrit mes réponses sur un papier, j'ai d'abord écrit "brosse à dents" ce qui n'est pas précisément la réponse attendue puis je me suis souvenu de la question concernée. Si bien qu'au final j'ai écrit "une"!

    A bientôt dans les parages!

    1. Bonjour,

      Je suis ravie que vous lisiez mon livre en jouant le jeu jusqu’au bout (belle pratique des exercices !).

      A bientôt,

      Hélène

  20.  petit 2; au premier, 10 au deuxième !
    Une petite question cependant, pour de grandes quantité d'informations (je pense notemment, retenir toutes les références entendues , les noms de film/réalisateurs, les dates… De petites choses en soit mais qui rassemblées, font énorméments d'information à retenir, comment utiliser cette méthode  ?

    1. Bonjour,

      Il est possible d’intégrer de grandes quantités d’informations avec cette méthode, il vous faudra par contre vous constituer une longue liste de « palais de mémoire » exploitables pour tout « ranger ».

      Mon conseil est de coupler cette méthode avec les Mind maps (j’ai consacré un certain nombre d’articles à cette autre technique sur le blog).

      A bientôt,

      Hélène

  21. Cette methode est des plus utile neanmoins il reste le probleme de la "formation des images".  Generalement pour memoriser les formules mathematiques on conseille de construire une histoire apres avoir prealablement associer des images aux variables.

    Qu'en est il si on procede ainsi. Etant capable de visualiser mentalement des objets que nous avons vu. L'idee est :

    1. Regarder la formule

    2. Visualiser la formule (inscrite sur une page, ..)

    3. Ensuite on depose la formule dans le receptacle

    On nous epargne ainsi l'effort de decoder une histoire pour retrouver la formule. La question est : Cette methode est elle aussi efficace que si on avait associer des pommes aux "x" ?

     

     

    1. Bonjour,

      L’important, c’est que la technique utilisée fonctionne pour vous.

      Pour ma part, je pense qu’il est surtout important que vos formules mathématiques aient du sens : que vous sachiez d’où elle viennent, à quoi elles servent, comment les utiliser pour résoudre un problème. 

      Si vous les comprenez, vous aurez beaucoup plus de facilité à les « ranger » et à les retrouver au moment où vous en aurez besoin.

      A bientôt,

      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *